Nombre total de pages vues

lundi 11 mai 2015

#thelancetoncology #cancerdusein #gènePALB2 #pologne Résultats cliniques chez des femmes atteintes de cancer du sein avec mutation PALB2 : analyse prospective de cohorte

Découverte d'un nouveau gène de prédisposition au cancer du sein: PALB2. (...). Le risque de cancer du sein pour les femmes porteuses de mutations dans PALB2 est,  en comparaison avec l’incidence dans la population générale, 8 à 9 fois plus élevé chez les femmes porteuses de moins de 40 ans, 6 à 8 fois plus élevé que les femmes porteuses âgées de 40 à 60 ans, et 5 fois plus élevé chez  les femmes de plus de 60 ans.
Source iconographique et légendaire: 
http://www.cancer.be/nouvelles/d-couverte-d-un-nouveau-g-ne-de-pr-disposition-au-cancer-du-sein-palb2
Les mutations du gène PALB2 prédisposent au  cancer du sein, mais les effets sur le pronostic chez un sujet porteur d’une mutation du gène PALB2 n’ont pas été confirmés. Notre but était d’estimer les odds ratio (OR) - rapport des chances - de cancer du sein chez des femmes porteuses d’une mutation héréditaire du gène PALB2, ainsi que la survie à 10 ans après un cancer du sein chez des patientes porteuses d’une mutation PALB2.

Entre 1996 et 2012, des patientes atteintes de cancer du sein invasif ont été recrutées de façon prospective dans 18 hôpitaux en Pologne, et ont subi des tests de génotypage pour recherche de deux mutations délétères du gène PALB2 (509_510delGA et 172_175delTTGT). Un groupe de contrôle de 4 702 femmes non atteintes de cancer ont été recrutées pour comparaison. L’objectif principal de l’étude était la comptabilisation des décès, toutes causes confondues, dont les comptes rendus figuraient dans les dossiers médicaux du Ministère de l’Intérieur et de l’Administration de Pologne. Chez les patientes atteintes de cancer du sein, la survie à 10 ans des porteuses d'une mutation du gène PALB2 a été évaluée et comparée à celle des non-porteuses d'une mutation dudit gène.

17 900 femmes atteintes de cancer du sein ont été invitées à participer, 12 529 d’entre elles ont été génotypées et en ont obtenu des résultats interprétables. Une mutation du gène PLAB2 était présente chez 116 (0.93%, intervalle de Confiance [IC] 95% 0.76-1.09) des 12 529 patientes et chez dix (0.21%, 0.08-0.034) des 4 702 contrôles (odds ratio 4.39, IC 95% 2.30-8.37 ; p<0.0001). La survie à dix ans chez des femmes ayant présenté un cancer du sein avec mutation du gène PALB2 était de 48.0% (IC 95% 36.5-63.2), en comparaison des 74.7% (73.5-75.8) de femmes survivantes à 10 ans avec cancer du sein sans mutation (risque relatif ajusté de décès 2.27, IC 95% 1.64-3.15 ; p<0.0001).

Les femmes porteuses d’une mutation PALB2 montrent un risque augmenté de cancer du sein, et pourraient donc représenter un groupe à risque augmenté de décès par cancer du sein, en comparaison avec des femmes non porteuses. Une surveillance accrue devrait être offerte aux femmes non atteintes de la maladie, porteuses de la mutation PALB2.  Cezary Cybulski, MD et al, dans The Lancet Oncology, publication en ligne en avant – première, 7 mai 2015

Financement :   Polish National Science Centre.

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ