Nombre total de pages vues

mardi 19 mai 2015

#trendsinecologyandevolution #écologie #écosystèmes #REFA Vers une évaluation standardisée et rapide du fonctionnement de l’écosystème (REFA)

Un macro-écosystème est « une communauté d’êtres vivants qui occupe une vaste zone dont les limites sont essentiellement de nature climatique ».
Il existe en effet à l’échelle de la biosphère de très vastes écosystèmes caractérisés par un type de végétation dominant sur de grandes surfaces, principalement déterminés par le climat dont la température et la pluviométrie (donc par l’altitude et la latitude). Ils peuvent se subdiviser en une multitude d’autres écosystèmes qui reflètent la variation des conditions locales.
Source iconographique et légendaire: http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbiodiv/index.php?pid=decouv_chapA&zoom_id=zoom_a1_3
Quantifier le fonctionnement d’un écosystème est important, à la fois pour la recherche en écologie fondamentale et en écologie appliquée. Cependant, il existe actuellement un grand fossé entre les données disponibles et les données qui permettraient de répondre aux questions d’actualité, comme les forces motrices présidant au fonctionnement des différents écosystèmes dans une période de changements environnementaux globaux ; ou encore de définir la meilleure manière de gérer l’approvisionnement en services rendus par les écosystèmes. Ici, nous identifions toute une série de fonctions et services importants ; et proposons une Evaluation Rapide du Fonctionnement de l’Ecosystème (REFA). Les méthodes proposées ont été volontairement sélectionnées parmi les méthodes les plus simples, répétitives, à mise en œuvre aisée, et de bon rapport efficacité/coût. Ainsi, la REFA permet des mesures standardisées et fidèles d’indicateurs de fonctions, pouvant être d’utilité à grande échelle pour l’évaluation de paramètres inter et intra-études dans le domaine de l'environnement. L’adoption de la REFA peut aider à combler le fossé des données manquantes de fonctionnement des écosystèmes. Sebastian T. Meyer et al, dans Trends in Ecology & Evolution, publication en ligne en avant-première, 18 mai 2015

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ