Nombre total de pages vues

mercredi 6 janvier 2016

#thelancethaematology #syndromepostthrombotique #thromboseveineuseprofonde #alteplase Syndrome post-thrombotique après thrombolyse dirigée par cathéter d’une thrombose veineuse profonde (CaVenT) : résultats du suivi sur 5 ans d’un essai ouvert, randomisé et contrôlé

Caillot de sang. La thrombose veineuse est un caillot de sang qui se forme dans une veine. Elle touche le plus souvent les membres inférieurs, s'installant dans une veine profonde (phlébite profonde) ou superficielle (phlébite superficielle). Malgré l'absence de symptômes très spécifiques, elle doit faire l'objet d'un traitement car elle peut aboutir à des complications parfois graves, dont l'embolie pulmonaire responsable chaque année de 10 à 20 000 décès. (Inserm, décembre 2015).
Source iconographique et légendaire: 
http://www.inserm.fr/thematiques/physiopathologie-metabolisme-nutrition/dossiers-d-information/thrombose-veineuse-phlebite
Le syndrome post-thrombotique est une complication commune après occurrence d’une thrombose veineuse aigue proximale profonde (TVP) ; il est associé à une qualité de vie réduite et une charge financière substantielle. Pour ce qui est des résultats à l’issue de la période de 2 ans obtenus sur l’étude CaVenT, une thrombolyse dirigée par cathéter a réduit le risque de syndrome post-thrombotique de 14% en comparaison de la thérapie conventionnelle, sans effet sur la qualité de vie, toutefois. Dans cette étude, nous rapportons les résultats de suivi sur 5 ans, notre but étant d’évaluer si les résultats concernant le syndrome post-thrombotique et la qualité de vie se sont maintenus.

Entre le 3 janvier 2006 et me 22 décembre 2009, nous avons recruté des patients âgés de 18-75 ans, atteints pour la première fois d’une TVP de l’extrémité proximale de la jambe suivis dans 20 centres hospitaliers dans la région Sud-Est de la Norvège. À l’aide d’enveloppes scellées, les participants ont été répartis de manière aléatoire (1:1) à un traitement standard basé sur le port de bas de contention et de prise d’anticoagulants (groupe contrôle) ou au traitement standard + thrombolyse dirigée par cathéter avec alteplase dans les 21 jours suivant l’apparition des symptômes. Les paramètres préétablis de mesure étaient le statut de syndrome post-thrombotique à 5 ans évalué à l’aide de l’échelle clinique de Villata, la qualité de vie à 5 ans évaluée à l’aide des questionnaires EQ5D et VEINES-QOL/Sym. Les analyses ont été réalisées sur population en intention de traiter.

Au suivi à 5 ans, (dernière date: 14 octobre 2014), les données étaient disponibles pour 176 patients (84% sur les 209 patients initialement randomisés) - 87 d’entre eux étaient initialement assignés à la thrombolyse dirigée par cathéter et 89 initialement assignés au traitement de contrôle. 37 patients (43% ; Intervalle de Confiance -IC- 95% 33-53) assignés à la thrombolyse dirigée par cathéter ont développé un syndrome post-thrombotique, en comparaison des 63 patients (71% ; IC 95% 61-79) assignés au groupe de contrôle (p<0.0001), correspondant à une réduction du risque absolu de 28% (IC 95% 14-42) (…). Quatre patients (5%) assignés à thrombolyse dirigée par cathéter et un (1%) patient assigné à un traitement standard ont présenté des formes sévères de syndrome post-thrombotique (Echelle de Villata 15 ou présence d’un ulcère). Les scores de qualité de vie n’ont pas différé entre les groupes de traitement, quelle que soit l’échelle d’évaluation employée.

La thrombolyse dirigée par cathéter complémentaire a eu pour résultat un bénéfice clinique accru et persistant pendant la période de suivi de 5 ans, soutenant ce faisant l’application de la thrombolyse dirigée par cathéter complémentaire chez des patients atteints de TVP proximale étendue. Cependant, l’application de ce traitement n’a pas conduit à une qualité de vie meilleure. L’approche de traitement par thrombolyse endovasculaire nécessite de nouvelles investigations pour en optimiser l’utilisation. Yla Haig MD et al, dans The Lancet Haematology, publication en ligne en avant-première, 5 janvier 2016

Financement :  Southeastern Norway Regional Health Authority, the Research Council of Norway, University of Oslo, Oslo University Hospital.

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire