Nombre total de pages vues

vendredi 20 mai 2016

#cell #sommeil #plasticiténeuronale #circuitsneuronaux #patchclamp Le besoin de sommeil est codé par les changements dans la plasticité d’un circuit spécialisé du système nerveux

La plasticité synaptique propre à un circuit neuronal bien défini code pour la pression de sommeil ressentie chez Drosophila et fournit une explication quant au mécanisme de génération et de persistance du besoin en sommeil. 
Un état de veille prolongée mène à une pression de sommeil accrue ; les mécanismes sous-tendant ce besoin d’homéostasie restent obscurs. Ici, nous identifions un échantillon de neurones du corps ellipsoïde dont l’activation est génératrice du sommeil, d’après des observations effectuées sur des circuits neuronaux chez Drosophila. Des analyses patch-clamp indiquent que ces neurones du corps ellipsoïde sont hautement sensibles à la perte de sommeil, passant d’un mode à potentiels d’action d’influx nerveux discrets (pics discrets) à un mode à trains de potentiels d’action répétés (train de pics). Des expériences d’imagerie fonctionnelle et d’analyse transversale de profil révèlent que les besoins élevés en sommeil provoquent une augmentation des niveaux cytosoliques de Ca2+, de l’expression du récepteur NMDA, et des marqueurs structurels de la force synaptique ; ce qui suggère que ces neurones du corps ellipsoïde sont sous le contrôle d’une plasticité « besoin en sommeil » - dépendante. Plus frappant encore, la plasticité synaptique de ces neurones du corps ellipsoïde sont à la fois nécessaires et suffisants pour générer un besoin de sommeil, indiquant que la pression en sommeil est codée par des changements plastiques survenant au sein de ce circuit. Ces études définissent un circuit intégrateur de l’homéostasie du sommeil et fournissent un mécanisme permettant d’expliquer la génération et la persistance d’un besoin de sommeil. Sha Liu, et al, dans Cell, publication en ligne en avant-première, 19 mai 2016

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire