Nombre total de pages vues

lundi 23 mai 2016

#thelancet #événementscardiovasculaires #excrétionurinairedesodium Association entre excrétion urinaire de sodium et évènements cardiovasculaires chez des sujets avec ou sans hypertension : analyse de données mutualisées issues de quatre études

Les principales complications associées à l'hypertension artérielle
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/thematiques/physiopathologie-metabolisme-nutrition/dossiers-d-information/hypertension-arterielle
Plusieurs études ont fait état d’une relation en U entre excrétion de sodium urinaire et évènements cardiovasculaires et mortalité. La question restant incertaine est celle définissant  comment ces associations varient selon les sujets concernés. Notre but était donc d’explorer si l’association entre prise de sodium et évènements cardiovasculaires et mortalité toutes causes confondues  était modifiée par l’hypertension.

Dans cette analyse de données mutualisées, nous avons étudié 133 118 sujets (63 559 avec hypertension et 69 559 sans hypertension), d’âge médian 55 ans (Intervalle Interquartile [IQR] 45-63), par la mise en œuvre de quatre étude prospectives de grande ampleur effectuées dans 49 pays ; et avons estimé l’excrétion de sodium urinaire sur 24 heures (pour la mesure de prise de sodium par groupe). Nous avons relié cette mesure à un critère composite d’évaluation incluant les décès et les évènements cardiovasculaires majeurs sur une durée médiane de 4.2 ans (IQR 3.0-5.0) et pression artérielle.

Une prise de sodium augmentée était associée à un changement plus important en pression artérielle systolique chez les sujets avec hypertension (changement de 2.08 mm Hg par g d’augmentation en sodium) en comparaison avec les sujets sans hypertension (changement de 1.22 mm Hg par g ; pinteraction<0.0001). Chez les sujets avec hypertension (6 835 évènements), une excrétion en sodium de 7 g/jour ou plus (7 060 [11%] de la population avec hypertension : 1.34 [1.23-1.47] ; p<0.0001) et une excrétion de sodium de moins de 3g/jour (7 006 [11%] de la population : 1.34 [1.23-1.47] ; p<0.0001) étaient toutes deux associées avec un risque augmenté en comparaison d’une excrétion en sodium de 4-5 g/jour (référence 25% de la population hypertension).
Chez les sujets sans hypertension (3 021 évènements), en comparaison avec les 4-5 g/jour (18 508 [27%] de la population sans hypertension), une excrétion plus élevée de sodium n’était pas associée au risque [critère d’évaluation composite] (≥7 g/jour chez 6 271 [9%] de la population sans hypertension ; Hazard Ratio [HR] 0.90 [Intervalle de Confiance -IC- 95% 0.76-1.08] ; p=0.2547), alors qu’une excrétion inférieure à 3 g/jour était associée à un risque significativement augmenté (7 547 [11%] de la population sans hypertension, HR 1.26 [IC 95% 1.10-1.45] ; p= 0.0009).

En comparaison d’une prise de sodium modérée, une prise de sodium élevée était associée à un risque augmenté d’évènements cardiovasculaires et de décès dans les populations atteintes d’hypertension (pas d’association observée dans les populations normotensives), alors que l’association entre prise de sodium faible avec risque accru d’évènements cardiovasculaires et de décès était observée chez ceux avec ou sans hypertension. Ces données suggèrent qu’une prise de sodium diminuée est mieux ciblée chez les populations atteintes d’hypertension consommant des doses élevées de sodium.  Prof Andrew Mente, PhD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 20 mai 2016

Financements Pharma: Astra Zeneca, Sanofi-Aventis, Boehringer Ingelheim, Servier, GlaxoSmithKline, Novartis, King Pharma

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ