Nombre total de pages vues

jeudi 12 mai 2016

#thelancethaematology #thromboseveineusesplanchnique #anticoagulant Historique clinique et traitement antithrombotique de la thrombose veineuse splanchnique incidemment détectée : registre multicentrique international en construction

Thrombose veineuse profonde
Source iconographique: http://www.macirculation.com/Phlebite-profonde-Thrombose-Veineuse-Profonde_a186.html
Il n’y a que peu d’information disponible à propos de l’historique de patients chez lesquels a incidemment été détectée une thrombose de la veine splanchnique ; et sa gestion thérapeutique demeure controversée. Le but de cette étude était d’évaluer les facteurs de risque, les stratégies thérapeutiques, et les issues à long terme des thromboses de la veine splanchnique incidemment détectées.

Nous avons analysé des données de patients atteints de thromboses de la veine splanchnique incidemment détectées entre 2 008 et 2 012. Cette étude a été effectuée dans 31 centres situés dans 11 pays (Italie, Corée du Sud, Allemagne, Canada, Belgique, Pays Bas, Brésil, États-Unis, France, Israël, Royaume-Uni). Les données relatives aux caractéristiques démographiques, facteurs de risque, et traitements étaient collectées dans le cadre de cet essai. Les résultats de l’étude obtenus au cours des 2 années de suivi étaient hémorragie majeure (définie selon les critères édictés par l’ISTH – International Society on Thrombosis and Haemostasis + nécessité d’hospitalisation), évènements thrombotiques (thromboses veineuses ou artérielles), et mortalité. La période d’analyse primaire commençait au diagnostic de thrombose de la veine splanchnique incidemment détectée jusqu’au premier résultat d’ordre clinique détecté ou la fin de suivi.

Entre le 2 mai 2008 et le 30 janvier 2012, nous avons recruté 177 patients présentant une thrombose de la veine splanchnique incidemment détectée (âge médian 57 ans [Intervalle Interquartile -IQR- 49-66], dont 118 [67%] hommes, 138 [78%] patients atteints de thrombose de la veine porte). Les pathologies sous-jacentes les plus fréquentes étaient cirrhose du foie (82 [46%] patients) et cancer solide (62 [35%] patients). Le traitement anticoagulant était prescrit à 109 (62%) patients. La durée médiane d’anticoagulation était de 6 mois (IQR 5-12) pour les patients qui recevaient les anticoagulants par voie parentérale seule et 24 mois (IQR 12-24) pour les patients traités avec des antagonistes de la vitamine K. Pendant une période de suivi de 2 ans (IQR 1-2), l’incidence d’hémorragie majeure était de 3.3 évènements (Intervalle de Confiance -IC- 95% 1.7-6.3) pour 100 patients-années, pour ce qui est de évènements thrombotiques.
Dans l’analyse multivariée, le traitement anticoagulant - variable dépendant du temps -  a réduit l’incidence d’évènements thrombotiques (hazard ratio 0.85, IC 95% 0.76-0.96, p=0.0084*) sans augmentation du risque majeur d’hémorragie (p>0.05). Chez les patients cliniquement suspectés de thrombose de la veine splanchnique, l’incidence de saignement majeur était de 3.9 évènements (IC 95% 2.6-5.7) pour 100 patients-années et l’incidence d’évènements thrombotiques était de 7.0 évènements (IC 95% 5.2-9.3) pour 100 patients –années.

Nos résultats montrent que le pronostic d’une thrombose veineuse de la veine splanchnique incidemment détectée était similaire à celle d’une thrombose veineuse de la veine splanchnique cliniquement suspectée, et suggère que des stratégies similaires traitement similaires devraient être adoptées. Dr Nicoletta Riva, MD, et al, dans The Lancet Haematology, publication en ligne en avant-première, 11 mai 2016

*valeur de p présente dans le « full text » de l’article, volontairement rajoutée par le traducteur dans cette version française du résumé de l’article

Financement : Bourse de recherche Pfizer Canada

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ