Nombre total de pages vues

mardi 24 mai 2016

#trendsinendocrinologyandmetabolism #acromégalie #diabète #insuffisancecardiaque #GH Aspects actuels et émergents du diabète mellitus perceptibles dans l’acromégalie

Adénome hypophysaire. Cette tumeur est responsable de l'hypersécrétion d'hormones hypophysaires, dont l'hormone de croissance (GH)
Source iconographique et légendaire:  http://www.neurochirurgie.fr/spip.php?article27
Le diabète mellitus est une complication fréquente de l’acromégalie, maladie qui se caractérise par une hypersécrétion chronique d’hormone de croissance (GH) par un adénome pituitaire. Le diabète souvent s’y ajoute, mais pas seulement comme conséquence d’un état de résistance à l’insuline induit par un excès de GH circulante. Le développement d’un diabète chez les patients atteints d’acromégalie s’explique d’un point de vue clinique, du fait qu’une telle complication est attribuée à une augmentation d’une morbidité cardiovasculaire élevée, et d’un risque de mortalité augmenté du fait de la maladie. Des données nouvelles suggèrent qu’une cardiomyopathie spécifique peut être identifiée chez des patients acromégales et diabétiques. De plus, la un diabète patent peut aussi influencer une décision d’ordre thérapeutique pour ce qui est de l’acromégalie comme telle, du fait que certains médicaments classiques et des médicaments récemment développés et utilisés dans ce contexte clinique, peut exercer un impact sur le métabolisme du glucose indépendamment du contrôle de l’hypersécrétion de GH. Stefano Frara, et al, dans Trends in Endocrinology & Metabolism, publication en ligne en avant-première, 24 mai 2016

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ