Nombre total de pages vues

mardi 6 décembre 2016

#thelancet #carcinomehépatocellulaire #regorafenib #sorafenib Regorafenib administré chez des patients atteints de carcinome hépatocellulaire qui a progressé sous sorafenib (RESORCE) : essai de phase 3 randomisé, en double aveugle, et contrôlé par placebo

Carcinome hépatocellulaire.
Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hepatocellular_carcinoma_1.jpg
Il n’existe actuellement pas de traitement systémique destiné aux patients atteints de carcinome hépatocellulaire (CHC), dont la maladie a progressé sous traitement sorafenib. Notre but était d’évaluer l’efficacité et l’innocuité du regorafenib chez des patients atteints de CHC dont la maladie a progressé sous traitement regorafenib.

Dans cet essai de phase 3 en groupes parallèles, randomisé en double-aveugle, effectué dans 152 sites situés dans 21 pays, des adultes atteints de CHC tolérants au sorafenib (400 mg/jour pendant au moins 20 jours sur les 28 jours de traitement), dont la maladie a progressé sous sorafenib, et présentant une insuffisance hépatique (Child-Pugh A), ont été recrutés.
Les patients ont été répartis dans les groupes de manière aléatoire (2:1) à l’aide d’une séquence de randomisation générée par ordinateur et un système de réponse vocale interactif, et stratifiés par région géographique, statut de rendement ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group), invasion macrovasculaire, maladie extrahépatique, et niveau de α-fetoprotein pour recevoir les meilleurs soins de soutien + regorafenib 160 mg ou le placebo une fois par jour au cours des semaines 1-3 de chaque cycle de 4 semaines. Ni les investigateurs, ni les patients, ni le sponsor n’avaient accès au tableau de randomisation. Le critère principal d’évalutation de l’essai était la survie globale (définie comme la période écoulée entre la randomisation et le décès, quelle qu’en soit la cause) et analysée sur population en intention de traiter.

Entre le 14 mai 2013 et le 31 décembre 2015, 843 patients ont été dépistés ; 573 d’entre eux ont été recrutés et randomisés (379 « assignés regorafenib » et 194 « assignés placebo » ; constituant ce faisant la population analysées pour l’efficacité), et 567 ont commencé à prendre leur traitement (374 ont reçu le regorafenib et 194 ont reçu le placebo = population pour analyse d’efficacité). Le regorafenib a amélioré la survie globale avec un hazard ratio de 0.63 (Intervalle de Confiance [IC] 95% 0.50-0.79 ; valeur de p unilatérale <0.0001) ; la médiane de survie était de 10.6 mois (IC 95% 9.1-12.1) pour le regorafenib versus 7.8 mois (6.3-8.8) pour le placebo. 
Des évènements indésirables étaient rapportés chez tous les patients recevant le regorafenib (374 [100%] sur 374) et chez 179 (93%) patients sur 193 recevant le placebo.
Les évènements indésirables de grade 3 ou 4 les plus intéressants sur le plan clinique, dus au traitement, étaient hypertension (57 patients [15 %] dans le groupe regorafenib  versus neuf [5 %] dans le groupe placebo), syndrome pied-main (47 patients [13 %] versus un [1%]), fatigue (34 patients [9%] versus neuf patients [5%]), et diarrhée (12 patients [3%] versus aucun patient). 
Sur les 88 décès décomptés (évènements indésirables de grade 5) rapportés au cours de cette étude, (50 patients [13%] assignés au regorafenib et 38 [20%] assignés au placebo), sept (2%) étaient imputables au médicament à l’étude dans le groupe regorafenib et deux (1%) dans le groupe placebo, y compris deux patients (1%) présentant une insuffisance hépatique dans le groupe placebo.

Le regorafenib est le seul traitement systémique ayant apporté un bénéfice de survie chez les patients atteints de CHC, dont la maladie progressait sous traitement sorafenib. De futurs essais sont à indiquer pour l’exploration des combinaisons du regorafenib avec d’autres agents systémiques et traitements de troisième intention pour les patients ayant eu un échec avec un traitement précédent ou ne tolérant pas le passage d’un traitement sorafenib à un traitement regorafenib. Dr Jordi Bruix, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 5 décembre 2016

Financement : Bayer

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire