Nombre total de pages vues

mercredi 7 décembre 2016

#thelancet #pneumonie #pédiatrie #fourneauàbiomasse #foyerouvert Utilisation de fourneaux à biomasse comme intervention de prévention de la pneumonie chez les enfants de moins de cinq ans en zone rurale au Malawi (Étude Cuisine et Pneumonie) : essai en grappes, randomisé et contrôlé

Le combustible biomasse est constitué principalement d’écorces issues de l’écorçage de rondins, de déchets de bois issus des scieries ou activités du secteur ainsi que de rémanents de sylviculture tels que les souches ou les rondins non utilisables. 
Source iconographique et légendaire: https://www.flickr.com/photos/djfrat/5133292241/
L’utilisation de combustibles solides pour faire la cuisine induit l’exposition à une pollution de l’air provoquant plus de 4 millions de décès prématurés chaque année dans le monde, d’après les estimations de l’OMS, notamment d’un demi-million d’enfants de moins de cinq ans, du fait de la pneumonie. Nous avons émis l’hypothèse selon laquelle le remplacement des foyers ouverts par des fourneaux à biomasse, plus propres, pourrait réduire l’incidence de la pneumonie chez les jeunes enfants.

Nous avons effectué un essai en grappes, au niveau communautaire, randomisé et contrôlé ; afin de contrôler les effets de l’intervention par installation de fourneaux à biomasse, plus propres (groupe intervention) en comparaison de la continuation de l’utilisation de foyers ouverts (groupe contrôle) pour la cuisine ; sur la prévalence de la pneumonie chez les enfants vivant dans deux districts (Chikhwawa et Karonga) situés en zone rurale, au Malawi. Les groupes de sujets ont été répartis de manière aléatoire ; soit dans le groupe d’intervention, soit dans le groupe de contrôle, à l’aide d’un calendrier de randomisation généré par ordinateur avec stratification par site, distance à parcourir jusqu’au premier centre de santé, et dimension du groupe de sujets (grappe). Au sein des groupes de sujets, les ménages avec enfant âgé de 4-5 ans étaient éligibles. Les ménages bénéficiant de l’intervention ont reçu deux fourneaux à biomasse et un panneau solaire. Le critère principal d’évaluation était la gestion des épisodes de pneumonie chez les enfants de moins de 5 ans ; selon les critères de prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (PCIME) de l’OMS. Les analyses d’efficacité et d’innocuité étaient effectuées sur population en intention de traiter. (…).

Nous avons recruté 10 750 enfants vivant de 8 626 ménages au sein de 150 groupes entre le 9 décembre 2013 et le 28 février 2016. 10 543 enfants vivant dans 8 470 ménages ont servi à l’analyse de la population en intention de traiter (15 991 enfants-années). Les taux d’incidence de pneumonie - PCIME était de 15.76 (Intervalle de Confiance [IC] 95% 14.89-16.63) pour 100 enfants - années dans le groupe d’intervention, et de 15.58 (IC 95% 14.72-16.45) pour 100 enfants - années dans le groupe de contrôle ; avec un taux d’incidence groupe d’intervention versus groupe de contrôle (TI) de 1.01 (IC 95% 0.91-1.13 ; p=0.80).  Les évènements indésirables graves liés à cuisine (brûlures) ont été relevés chez 19 enfants ; neuf dans le groupe d’intervention et dix (un décès) dans le groupe de contrôle (TI 0.91 [IC 95% 0.37-2.23] ; p=0.83).

Nous n’avons pas trouvé d’évidence selon laquelle l’intervention consistant à installer des fourneaux à biomasse en lieu et place de foyers ouverts était de nature à réduire le risque de pneumonie chez les jeunes enfants vivant en zone rurale au Malawi. La mise en place de stratégies efficaces de réduction des évènements indésirables graves dans les ménages, dus à la pollution de l’air, sont toutefois nécessaires. Dr Kevin Mortimer, PhD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 6 décembre 2016

Financement : Conseil pour la Recherche Médicale, Département pour le Développement International du Royaume-Uni, et Wellcome Trust

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire