Nombre total de pages vues

mercredi 1 février 2017

#thelancet #lymphome #lymphomenonhodgkinien Lymphome Non-Hodgkinien

Echographie de la gorge dans le lymphome non-hodgkinien
Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ultrasound_throat_-_lymphadenopathy_(non-hodgkin-lymphoma)_-_07.jpg
Les lymphomes peuvent affecter n’importe quel organe du corps; ils s'accompagnent d’une gamme étendue de symptômes et peuvent être pris en charge par des médecins de soins primaires et par la plupart des médecins spécialistes. On distingue traditionnellement le lymphome de Hodgkin (comptant pour environ 10%  des lymphomes) et le lymphome non-Hodgkinien, qui est le sujet même de ce séminaire. Le lymphome non-Hodgkinien comprend une large palette de pathologies, depuis la plus indolente jusqu’à la plus agressive des malignités. Ces pathologies atteignent les lymphocytes au cours de leurs divers stades  de développement, et les caractéristiques d’un sous-type spécifique de lymphome est de fait le reflet du sous-type cellulaire qu’il affecte à l’origine. Depuis la revue de littérature dont cette thématique a été l’objet dans The Lancet en 2012, de grandes avancées dans la compréhension de la biologie et de la génétique du lymphome de Hodgkin et la mise à disposition de méthodes de diagnostic et de thérapies nouvelles ont amélioré notre capacité à gérer les patients atteints de ce trouble. Prof James O Armitage, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 30 janvier 2017

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire