Nombre total de pages vues

mardi 21 mars 2017

#thelancethaematology #exclusif #myélofibrose #JAK2 #FLT3 #pacritinib Pacritinib versus meilleur traitement disponible pour le traitement de la myélofibrose, indépendamment de la cytopénie à la ligne de base (PERSIST-1) : essai international randomisé de phase 3

Myélofibrose avec marquage des fibres de réticuline.
Source: https://www.flickr.com/photos/euthman/6032644716
Les traitements disponibles pour la myélofibrose peuvent exacerber des cytopénies et ne sont donc pas indiquées chez les patients présentant des throbocytopénies sévères. Le pacritinib, inhibiteur à la fois de des voies de signalisation JAK2 et FLT3, induit des réponses au niveau de la rate avec une myélosuppression limitée au cours des essais de phase 1/2. Notre but était d’évaluer l’efficacité et la sécurité du parcritinib versus meilleur traitement disponible chez des patients atteints de myélofibrose, indépendamment de la cytopénie à la ligne de base.

Cet essai international randomisé de phase 3, multicentrique (PERSIST-1) a été effectué dans 67 sites dans 12 pays. Les patients atteints de myélofibrose à risque plus élevé (sans exclusion des sujets présentant anémie ou thrombocytopénie à la ligne de base) ont été répartis de manière aléatoire (2:1) pour recevoir le pacritinib 400 mg per os une fois par jour ou le meilleur traitement disponible (MTD) à date excluant les inhibiteurs de la voie JAK2 jusqu’à progression de la maladie ou toxicité intolérable. La randomisation était stratifiée par catégorie de risque, numération plaquettaire, et région géographique. À la fois les investigateurs, le personnel du site, les patients, les auditeurs cliniques externes, et le personnel de pharmacovigilance avaient accès au tableau de randomisation. Le critère principal d’évaluation était une réduction du volume de la rate (RVR) de 35% ou plus constaté à la semaine 24 en comparaison de la ligne de base, dans la population en intention de traiter ; selon les imageries IRM et tomodensitométrique analysées de manière centralisée. Nous avons effectué des analyses de sécurité chez tous les patients randomisés qui avaient reçu l’un ou l’autre des traitements. Ce sont les données finalisées qui sont présentées ici. (…).

Entre le 8 janvier 2013 et le 1er août 2014, 327 patients ont été répartis de manière aléatoire dans le groupe de sujets recevant le pacritinib (n=220) ou le groupe recevant le MTD (n=107). La médiane de suivi était de 23.2 mois (Intervalle Interquartile -IQR- 14.8-28.7). À la semaine 24, le critère principal, à savoir une RVR de 35% ou plus était atteint par 42 (19%) patients dans le groupe pacritnib versus cinq (5%) patients du groupe MTD (p=0.0003). 
90 patients du groupe MTD sont passés au traitement pacritinib après une période médiane de 6.3 mois (IQR 5.8-6.7). Les événements indésirables de grade 3-4 les plus communs jusqu’à la semaine 24 étaient anémie (n=37 [17%]), thrombocytopénie (n=26 [12%]), et diarrhée (n=11 [5%]) dans le groupe pacritinib, et anémie (n=16 [15%]), thrombocytopénie (n=12 [11%]), dyspnée (n=3 [3%]), et hypotension (n=3 [3%]) dans le groupe MTD. 
Les événements indésirables graves les plus sévères survenus jusqu’à la semaine 24 sous étaient anémie (10 [5%]), insuffisance cardiaque (5 [2%]), pyrexie (4 [2%]) sous pacritinib, et pneumonie (4 [2%]), et anémie (5 [5%]), septicémie (2[2%]), et dyspnée (2[2%]) sous MTD Les décès dus aux événements indésirables étaient observés chez 27 (12%) patients dans le groupe pacritinib et 14 (13%) patients dans le groupe MTD au cours du complet de l’étude.

Le traitement pacritinib était bien toléré et a induit une réduction de RVR significative et soutenue, accompagnée d’une réduction des symptômes, y compris chez les patients présentant cytopénie sévère à la ligne de base. Le pacritinib pourrait ainsi représenter une option de traitement chez les patients atteints de myélofibrose, incluant ceux dont les cytopénies à la ligne de base font que les options de traitement restent particulièrement limitées. Dr Ruben A Mesa, MD, et al, dans The Lancet Haematology, publication en ligne en avant-première, 20 mars 2017

Financement : CTI BioPharma Corp.

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ