Nombre total de pages vues

mercredi 11 octobre 2017

#thelancet #exclusif #scléroseenplaques #remylélinisation #clemastinefumarate Thérapie de remyélinisation par administration de clemastine fumarate chez des malades atteints de sclérose en plaques (ReBUILD) : essai croisé randomisé, contrôlé, en double - aveugle

Source iconographique: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sympt%C3%B4mes_de_la_scl%C3%A9rose_en_plaques.png
La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire dégénérative du Système Nerveux Central (SNC) caractérisée par une destruction de la myéline à médiation immunologique et perte neuroaxonale progressive. La myéline du SNC est une extension spécialisée de la membrane plasmique oligodendrocytaire et la clemastine fumarate peut stimuler la différenciation in vitro des cellules précurseur des oligodendrocytes chez les modèles animaux de même que dans les cellules humaines.  Notre but était d’analyser l’efficacité et l’innocuité de la clemastine fumarate comme traitement chez des patients atteints de sclérose en plaques.

Nous avons réalisé cet essai croisé monocentrique, en double – aveugle, randomisé, contrôlé par placebo (ReBUILD) chez des patients atteints de sclérose en plaques récidivante, avec neuropathie optique chronique démyélinisante sous traitement immunomodulateur stable. Les patients satisfaisant aux critères édictés par un comité d’experts internationaux relatifs au diagnostic et présentant une pathologie d’ancienneté inférieure à 15 ans, étaient éligibles. Les patients ont été répartis par tirage au sort (1:1) à l’aide d’un système de randomisation par blocs utilisant un générateur de nombres aléatoires pour recevoir la clemastine fumarate (5.36 mg per os, deux fois par jour) pendant 90 jours suivi du placebo pendant 60 jours (groupe 1), ou le placebo pendant 90 jours suivi par la clemastine fumarate (5.36 mg per os, deux fois par jour) pendant 60 jours (groupe 2). Le critère principal d’efficacité était le raccourcissement du délai de conduction électrique P100 (pointes ondes avec une latence de 100) sur les potentiels évoqués visuels après stimulation du champ visuel total, et sous configuration inversée de stimulation. Les résultats ont été analysés sur population en intention de traiter.

Entre le 1er janvier 2014 et le 11 avril 2015, nous avons réparti 50 patients dans les groupes par tirage au sort. 25 patients ont ainsi rejoint le groupe 1 et 25 patients ont rejoint le groupe 2. Tous les patients ont participé à l’intégralité de l’étude. Le critère principal d’efficacité était satisfait avec le traitement sous clemastine fumarate, qui a permis de réduire le délai de latence de 1.7 ms/œil (Intervalle de Confiance [IC] 95% 0.5-2.9 ; p=0.0048) ; selon l’analyse effectuée sur l’essai croisé.  Le traitement clemastine fumarate était associé à de la fatigue chez les patients, mais aucun événement indésirable grave n’a été rapporté.

À notre connaissance, il s’agit du premier essai randomisé contrôlé documentant l’efficacité d’un médicament remyélinisant pour le traitement d’une lésion démyélinisante dans le cadre d’une sclérose en plaques. Nos résultats suggèrent que la réparation de la myéline peut être obtenue même à la suite de lésions sur une période prolongée. Dr Ari J Green, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 10 octobre 2017

Financement : Université de Californie, San Francisco, et la Famille Rachleff

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ