Nombre total de pages vues

mardi 3 octobre 2017

#thelancetdiabetesandendocrinology #obésité #profilmétabolique La notion d'« Obésité saine sur le plan métabolique » peut-elle être adoptée comme solution de facilité pour traiter l’Obésité ?

La transition vers un régime alimentaire riche en légumes mène à une plus rapide satiété.
Source iconographique et légendaire: https://en.wikipedia.org/wiki/Weight_management#/media/File:Arcimboldo_Vegetables.jpg
L’obésité représente un facteur de risque pour plusieurs autres maladies chroniques et ; du fait de l’ampleur du phénomène relevant maintenant de l’épidémie, l’obésité est devenue un problème majeur de santé publique dans le monde. 
L’un de ses aspects des plus alarmants est sa banalisation :  une proportion plus faible d’adultes a tenté de perdre du poids au cours de la dernière décennie qu’au cours des années 1985-2000. L’option de traitement de première ligne de l’obésité est d’agir sur le mode de vie. Bien que cette approche soit de nature à diminuer la masse grasse à moyen terme, ces effets bénéfiques sont rarement durables. Une perte de poids importante est un objectif difficile à atteindre ; ainsi, d’autres objectifs de nature à motiver les personnes atteintes d’obésité à adopter un mode de vie sain devraient être pris en considération. Dans ce contexte, la notion d’« obésité saine sur le plan métabolique » est utile. Il existe de plus en plus de preuves disponibles suggérant que malgré le risque de mortalité pour toutes causes confondues et d’événements cardiovasculaires pourrait être plus élevé chez les personnes présentant une obésité saine sur le plan métabolique en comparaison des personnes normopondérales; ledit risque reste cependant significativement plus bas que chez les sujets présentant une obésité pathologique sur le plan métabolique. Ainsi, toute personne obèse devrait se motiver pour atteindre un poids normal dans le long terme ; toutefois, une perte de poids modérée, suffisante pour la transition d’une obésité pathologique sur le plan métabolique vers une obésité saine sur le plan métabolique pourrait également diminuer le risque d’événements graves. Cependant, la perte de poids nécessaire à la survenue de cette transition reste débattue. 
Cette transition pourrait être soutenue par des facteurs liés au mode de vie – comme le régime alimentaire de type méditerranéen – influant sur le risque cardiovasculaire indépendamment de la masse grasse. Dans cet article* (…), nous résumons l’information disponible relative à la notion d’ obésité saine sur le plan métabolique, mettons en lumière les lacunes dans la recherche, et discutons comment cette notion devrait être appliquée en soins cliniques. Prof Norbert Stefan, MD, et al, dans The Lancet Diabetes & Endocrinology, publication en ligne le 14 septembre 2017

*texte complet de l'article (full text)

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ