lundi 18 mars 2019

#thelancethiv #exclusif #immunoprophylaxie #virusadénoassocié Immunoprophylaxie vectorisée par virus adéno-associé pour la prévention du VIH chez des adultes sains : essai randomisé contrôlé

Virus de l'Immunodéficience Humaine (VIH)
Source iconographique: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:HIV.png

Un vaccin préventif contre le VIH est crucial pour les besoins de santé publique ; l’administration d’i, gène d’anticorps spécifique par le truchement d’un virus adéno-associé (AAV) pourrait représenter une alternative à l’immunisation pour l’induction de l’expression soutenue d’anticorps neutralisants pour la prévention du VIH. Nous avons évalué la sécurité et la tolérance de rRAAV1-PG9DP, un vecteur recombinant AAV1 codant pour le gène de PG9, un anticorps neutralisant à large spectre, efficace contre le VIH.

Cette essai preuve concept randomisé de phase 1 à doses croissantes, en double - aveugle et contrôlé par placebo a été réalisé pour la première fois chez l’homme dans un centre de recherche clinique au Royaume – Uni. Des sujets de sexe masculin âgés de 18-45 ans, sains, exempts d’infection par le VIH, ont été répartis au hasard pour recevoir soit une injection intramusculaire avec rAAV1-PG9DP ; soit une injection intramusculaire avec le placebo dans le deltoïde ou le quadriceps. 
Chaque individu était assigné à l’une des cohortes à doses croissantes (groupe A, 4x1012 copies du vecteur de génome ; groupe B, 4x1013 copies du vecteur de génome ; groupe C, 8x1013 copies du vecteur de génome ; et groupe D, 1.2 1014 copies du vecteur de génome). Les volontaires ont été suivis sur une période de 48 semaines. L’objectif principal était d’évaluer la sécurité et la tolérance. L’objectif secondaire était d’évaluer l’expression de PG9 dans le sérum et l’activité neutralisante de VIH reliée. Tous les volontaires ont été inclus dans les analyses principales d’innocuité. (…).

Entre le 30 janvier 2014 et le 28 février 2017, 111 volontaires ont été examinés en vue de leur éligibilité. 21 volontaires ont été déclarés éligibles et ont fourni leur consentement de participation à l’essai; et les 21 volontaires dans leur ensemble ont été vus jusqu’au terme de la période de 48 semaines de suivi. La réactogénécité était généralement de légère à modérée et était résolue sans intervention. Aucun évènement indésirable ni évènement indésirable grave lié au traitement n’a été enregistré. Nous avons détecté PG9 par neutralisation du VIH dans le sérum chez quatre volontaires, et par RT-PCR dans des biopsies musculaires chez quatre volontaires. Nous n’avons pas détecté PG9 par ELISA dans le sérum. Des anticorps neutralisants anti-médicament PG9 étaient présents chez dix volontaires dans les groupes, aux doses d’administration les plus élevées. À la fois des réponses anticorps anti-AAV1 et des Cellules T AAV1-spécifiques ont été détectées.

De futures études sont préconisées, afin d’explorer l’effet de doses plus élevées d’AAV, de sérotypes d’AAV et de cassettes d’expressions géniques alternatifs, ou d’autres anticorps neutralisants à large spectre. Frances H Priddy, MD, et al, dans The Lancet HIV, publication en ligne en avant-première, 15 mars 2019

Financement :  International AIDS Vaccine Initiative, United States Agency for International Development, Bill & Melinda Gates Foundation, US National Institutes of Health.

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire: