jeudi 24 octobre 2019

#trendsinendocrinologyandmetabolism #endocrinologie #homme #chien Régulations Endocriniennes Communes à l’Homme et au Chien du Fait de leur Co-Existence par la Domestication

Du Cerveau aux Hormones :
Les signaux sociaux changent les sécrétions hormonales
Les comportement sociaux changent les sécrétions hormonales
Le statut social change les sécrétions hormonales

Des Hormones au Cerveau :
Les hormones modulent la perception des signaux sociaux
Les hormones modulent l’expression des signaux sociaux
Les hormones modulent le comportement social

Hormones et organes périphériques :
Synthèse hormonale
Adaptation de l’homéostasie à l’environnement
Sécrétion de signaux sociaux (phéromones)

Les circuits inter-individus sont donc sous contrôle hormonal :
Echange de signaux sociaux
Echange de comportements sociaux
Modulation des perceptions sociales et de l’émission des signaux sociaux

Circuit Signal Social – Hormone – Comportement
Les comportements sociaux sont provoqués par des signaux sociaux, comme les phéromones et les signaux vocaux et visuels. Il est intéressant de noter que les signaux sociaux sont stimulés par les hormones comme les glucocorticoïdes et l’ocytocine ; les hormones ayant, de fait, cette capacité d’amplifier la sensibilité aux signes sociaux et leur reconnaissance. Les hormones peuvent aussi aider à induire des comportements sociaux spécifiques chez les individus. Nous pensons que les hormones sont les régulateurs clé des interactions individuelles, spécialement dans les domaines de l’envoi et la réception d’informations sociales et dans la stimulation de comportements sociaux appropriés. (…). 

La régulation du système endocrinien est cardinale pour le maintien de l’homéostasie ; de fait, il contrôle les fonctions hormonales dans des contextes physiologiques, comportementaux et d’adaptation aux environnement sociaux d’une grande complexité. Des évidences indiquent que pendant plus de 35 000 ans, les chiens (Canis familiaris) ont été domestiqués par leur vie commune avec les humains. Ils ont acquis des aptitudes sociales semblables à celles chez l’homme comme par exemple les gestes de pointage liés au regard. Ces comportements uniques sont, au moins en partie, soumis à régulation par les hormones et modifiés génétiquement par la domestication. Les glucocorticoïdes ont un effet néfaste sur la tolérance sociale, alors que l’ocytocine facilite la coordination sociale et la familiarité entre les individus. Nous passons en revue la littérature historique et la littérature récente, dans le but d’améliorer notre compréhension du rôle des glucocorticoïdes et de l’ocytocine pour ce qui est de la coexistence dynamique humains-canins établie au cours de la domestication. Takefumi Kikusui, et al, dans Trends in Endocrinology and Metabolism, publication en ligne en avant-première, 24 octobre 2019.

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire: