mercredi 22 janvier 2020

#trendsinecologyandevolution #mammifère #couleur #pelage La Couleur des Mammifères

Sélection d’Espèces de Mammifères Actuellement Utilisées pour l’Amélioration de notre Compréhension des Mécanismes Développementaux et Evolutifs gérant la couleur des mammifères. En haut à gauche : souris des champs rayée d’Afrique Lemniscomys pumilio ; en haut à droite : lièvre d’Amérique Lepus americanus ; au centre gauche : souris des dunes Peromyscus polionotus ; au centre droit : guenon de Prusse Ceropithecus preussi ; en bas à gauche : zèbre des plaines Equus quagga ; en bas à droite : écureuil gris Sciurus carolinensis (photos extraites de Wikimedia)  

Les couleurs ou les divers types de couleurs du pelage chez les mammifères comptent parmi les traits phénotypiques les plus divers et les plus visibles que l’on peut retrouver dans la nature ; ils ont été abondamment étudiés, à la fois sur le plan génétique et développemental et sur le plan évolutif. Dans cette revue de littérature, nous discutons d’abord et avant tout des causes directes sous-tendant la variation en pigmentation (c’est-à-dire couleur) et la distribution de la pigmentation (c’est-à-dire du schéma de coloration) et déclarons que ces deux processus ont des origines distinctes. Puis, à partir d’exemples multiples, nous discutons des principaux facteurs gérant l’évolution des différentes colorations qu’arborent les mammifères, incluant les rapprochements d’espèces ou d’individus dans leurs contextes, la signalisation intra- et interspécifique, et les influences physiologiques. Dans l’ensemble, nous soulignons les passerelles existantes entre les approches développementales et fonctionnelles qui ont aidé à élargir les connaissances relatives à l’apparence extérieure chez les mammifères, et pointons les domaines de la future recherche interdisciplinaire à développer dans ce cadre. Tim Caro et Ricardo Mallarino, dans Trends in Ecology and Evolution, publication en ligne en avant-première, 22 janvier 2020

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire: