mardi 16 juin 2020

#thelancetgastroenterologyandhepatology #crohn #ozanimod Ozanimod comme thérapie d’induction chez des patients atteints de la maladie de Crohn : étude de phase 2 à simple bras, prospective, dont l’observateur est maintenu à l’aveugle


Localisation de la maladie de Crohn
Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Crohn%27s_Disease.png

Bien que le traitement de la maladie de Crohn se soit amélioré avec le développement des antagonistes du facteur de nécrose tumorale, moins de 50% des patients en obtiennent un bénéfice durable. Une thérapie de maintien durable par administration per os d’autres médicaments demeure un besoin non satisfait à ce jour. Notre but était d’évaluer les effets de l’ozanimod, un composé administré par voie orale ciblant sélectivement les sous-types 1 et 5 du récepteur à sphingosine-1-phosphate, sur l’activité pathologique endoscopique dans la maladie de Crohn.

L’étude STEPSTONE est un essai clinique multicentrique de phase 2 réalisé chez des adultes atteints d’une maladie de Crohn à activité modérée à sévère, recrutés dans 28 hôpitaux et centres de recherche communautaires situés au Canada, États-Unis d’Amérique, en Hongrie, Pologne, et Ukraine. Tous les patients ont commencé le traitement à dose croissante sur une période de 7 jours (4 jours sous ozanimod 0.25 mg / jour suivi de 3 jours sous ozanimod 0.5 mg / jour). Les patients ont ensuite reçu l’ozanimod 1.0 mg per os (1 capsule / jour) sur une période de 11 semaines, ces 2 périodes formant la phase d’induction de 12 semaines ; elle-même suivie d’une phase d’extension de 100 semaines. Le critère principal d’évaluation était l’évolution du Score d’Activité Endoscopique du Crohn (SES-CD) depuis la ligne de base jusqu’à la semaine 12, déterminé par lecture à simple insu centralisée. Le compte rendu des données a été réalisé sur la population en intention de traiter. (…).

69 patients ont été recrutés entre le 17 novembre 2015 et le 28 août 2016. À la semaine 12, le changement moyen en SES-CD à partir de la ligne de base était de -2.2 (Déviation Standard [SD] 6.0) ; et 16 (23.2%, Intervalle de Confiance [IC] 95% 13.9-34.9) patients ont présenté une réponse endoscopique. Une réduction à partir de la ligne de base de l’ Indice d’Activité de la maladie de Crohn (CDAI) était également observée (moyenne du changement observée -130.4 [DS 103.9]). La rémission sur le plan clinique (CDAI < 150 points) était présente chez 27 (39.1%, IC 95% 27.6-51.6) patients, et une réponse (baisse du CDAI à partir de la ligne de base ≥100 ) présente chez 39 (56.5%, IC 95% 44.0-68.4) patients. L’évolution moyenne à partir de la ligne de base à partir des résultats obtenus chez les patients des scores sur deux paramètres différents (PRO2, fréquence des selles, indice de douleur abdominale) était de -66.1 (DS 65.4). La moyenne des changements à partir de la ligne de base du Score d’Activité Histologique de Geboes (GHAS) était de -5.9 (DS 11.0) et celle de l’Index Histopatholoqique de Robart (RHI) -10.6 (25.1).

Les évènements indésirables les plus fréquemment imputables à la maladie de Crohn ont été relevés chez 18 (26%) patients. Les évènements indésirables graves liés aux traitements les plus fréquemment rapportés étaient maladie de Crohn per se (six [9%]) et abcès abdominal (deux [3%]).

Des améliorations sur les plans endoscopique, histologique, et clinique ont été relevés au cours des 12 semaines d’initiation du traitement à base d’ozanimod chez les patients atteints de maladie de Crohn modérée à sévère. Des essais cliniques de phase 3 contrôlés par placebo ont été initiés. Brian G Feagan, MD, et al, dans The Lancet Gastroenterology & Hepatology, publication en ligne en avant-première, 15 juin 2020 

Financement : Celgene Corporation

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire: