Nombre total de pages vues

vendredi 19 octobre 2018

#trendsincognitivesciences #indignation L’Avantage de l’Indignation

Rassemblement du Mouvement des Indignados, Puerta del Sol, Madrid, Espagne.
Le Mouvement, né en Espagne le 15 mai 2011, s'inspire du manifeste "Indignez-vous" de Stéphane Hessel, d'où son appellation. Il est essentiellement mû par la constatation d'une "Jeunesse sans Futur".
Source iconographique: https://www.flickr.com/photos/mpires/6116270455
Source légendaire: https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_des_Indign%C3%A9s

Un débat a émergé dans beaucoup de disciplines sur la question de savoir pourquoi les personnes s’engagent en si grand nombre dans l’aide aux autres, souvent coûteuse. La matérialisation d’une forme d’empathie représente une réponse à cette question. Nous soulignons une deuxième motivation, plus controversée : l’indignation morale face à l’injustice. L’intégration de découvertes issues de la psychologie morale et de la littérature tous genres confondus, nous suggère que l’indignation représente la force motrice pour l’action collective et soulignons les directions pour de futures recherches. Victoria L. Spring, C. Daryl Cameron, Mina Cikara, dans Trends in Cognitive Sciences, publication en ligne en avant-première, 17 octobre 2018

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

jeudi 18 octobre 2018

#thelancethiv #VIH #prophylaxie Efficacité mesurée au niveau de la population d’un déploiement rapide et de grande ampleur de mesures prophylactiques avant exposition au VIH chez les hommes entretenant des relations sexuelles avec des hommes : étude prospective EPIC-NSW de cohorte

Le médicament antirétroviral TRUVADA est une combinaison de deux principes actifs : tenofovir et emtricitabine.
Source:  https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Truvada.JPG

La prophylaxie avant exposition au VIH (PrEP) est hautement efficace chez les hommes qui entretiennent des relations sexuelles avec des hommes (MSM) au niveau individuel, mais les données globales de population manquent. Nous avons examiné si le déploiement rapide et de grande ampleur de mesures prophylactiques avant exposition pouvait, dans le cadre d’une épidémie MSM, réduire l’incidence des infections par le VIH, au niveau d’une cohorte dont les patients la composant suivent une PrEP, et plus généralement au niveau de l’état le plus peuplé d’Australie, les Nouvelles Galles du Sud.

L’étude « Implémentation Élargie d’une PrEP dans les Communautés de Nouvelle Galles du Sud » est une étude prévoyant la mise en place d’une cohorte testant l’administration d’une coformulation tenofovir disoproxil fumarate et emtricitabine comme PrEP contre le VIH. Nous avons recruté des hommes homosexuels à haut risque, répertoriés au niveau d’un réseau de 21 cliniques situées en Nouvelle Galles du Sud. Nous faisons état de résultats relatifs aux critères principaux conjoints spécifiés à l’avance par le protocole, 12 mois après le recrutement des 3 700 participants : incidence intra-cohorte du VIH ; et changements observés en termes de diagnostic en Nouvelle Galles du Sud entre les périodes de 12 mois avant et après le déploiement des mesures PrEP. (…).

Nous avons recruté 3 700 participants en 8 mois, entre le 1er mars 2016 et le 31 octobre 2016. 3 676 (99%) étaient des hommes ; 3 534 (96%) d’entre eux étaient homosexuels et 149 (4%) étaient bisexuels. Leur âge médian était de 36 ans (Intervalle Interquartile [IQR] 30 – 45 ans). Dans l’ensemble, 3 069 (83%) participants se sont présentés à la visite prévue 12 mois ou plus après le recrutement. Deux hommes ont été infectés par le VIH sur une population de 4 100 personnes-années (incidence : 0.048 pour 100 personnes-années, Intervalle de Confiance [IC] 95% 0.012-0.195). Les deux sujets concernés n’avaient pas adhéré à la PrEP. Les diagnostics de VIH chez les MSM en Nouvelles Galles du Sud ont décru au cours de l’étude : de 295 sujets positifs dépistés dans les 12 mois précédant le déploiement de la PrEP à 221 sujets dépistés dans les 12 suivant la mise en place de la PrEP (réduction du risque relatif [RRR] 25.1%, IC 95% 10.5-37.4). Une baisse de contamination a été observée à la fois en ce qui concerne les infections récentes par le VIH (de 149 à 102, RRR 31.5%, IC 95% de 11.3 à 47.3) et en ce qui concerne les autres diagnostics de VIH (de 146 à 119, RRR 18.5%, IC 95% de -4.5 à 36.6).

Le déploiement d’une PrEP était associé à une baisse rapide du nombre de diagnostics d’infections VIH dans l’état de Nouvelles Galles du Sud ; cette baisse étant plus importante pour ce qui est des infections récentes. Dans la perspective d’une approche combinée, le déploiement d’une PrEP de grande ampleur est efficace dans la diminution du nombre de nouvelles infections par le VIH au niveau d'une population. Prof Andrew E Grulich, PhD, et al, dans The Lancet HIV, publication en ligne en avant-première, 17 octobre 2018

Financement : Ministère de la Santé de Nouvelles Galles du Sud, Gilead Sciences

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

lundi 15 octobre 2018

Relâche de votre blog Actualités Scientifiques - Médicales: du 12 octobre 2018 au 17 octobre 2018 inclus

Palais des Congrès, Porte Maillot, Paris
Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Palais_cong%C3%A8s_paris.jpg
Votre blog Actualités Scientifiques - Médicales fait actuellement relâche. Reprise des posts le 18 octobre 2018. Merci de votre fidélité!

jeudi 11 octobre 2018

#trendsingenetics #génome #nyctémère #dynamiques Rythmes du Génome : Dynamiques Circadiennes de la Topologie de la Chromatine de l’Expression Génique Tissu-Spécifique de la Génération de Rythmes Tissus-Spécifiques, aux Comportements

(A)  Modèle du mode d’action des modulations des rythmes externes d’entraînement des rythmes circadiens selon les tissus. L’horloge centrale, logée dans les noyaux suprachiasmatiques de l’hypothalamus, absorbe la lumière de l’environnement et synchronise les horloges dans les tissus périphériques par la régulation de l’activité locomotrice et des rythmes de prise alimentaire de même que par le truchement des signaux systémiques comme les hormones et les métabolites. Les tissus périphériques, comme les reins, le cœur, le foie, orchestrent les rythmes physiologiques des tissus, comme l’homéostasie du sodium, la pression sanguine et le métabolisme des hydrates de carbone, respectivement. (B et C) Exemples de des mécanismes de génération de la régulation du rythme de l’expression génique tissu-spécifique. (B) Les interactions entre les facteurs de transcription (TFs) tissu-spécifiques et spécifiques à l’horloge biologique peuvent générer une expression génique tissu-spécifique. Par exemple, un gène peut être transcrit de manière rythmique dans un tissu mais pas dans d’autres par la présence ou l’absence de TF tissu-spécifique, ce qui rend accessible un site de liaison à un TF de l’horloge circadienne situé à proximité. (C) Différents tissus peuvent soumettre à régulation la transcription rythmée d’un gène utilisant différents promoteurs alternatifs. Dans cet exemple, le promoteur rythmiquement transcrit est utilisé dans le foie, mais pas dans d’autres tissus. Un gène rythmiquement transcrit est indiqué par une sinusoïde. Une transcription à vitesse constante est indiquée par une ligne plate horizontale. H=Cœur, K=Rein, L=Foie. 

Les rythmes circadiens en physiologie et comportement ont évolué pour entrer en résonnance avec les rythmes quotidiens dans l’environnement externe. Chez les mammifères, les organes orchestrent la physiologie en fonction du temps sur un rythme quotidien, ce qui requière une expression génique rythmée et ciblée vers le tissu correspondant. Bien qu’un ensemble commun de produits de gènes fait un va et vient entre tous les types cellulaires, le profilage d’expression génique sur 24 h dans l’ensemble des tissus a montré que les schémas d’expression génique rythmée sont tissus – spécifiques. Nous soulignons les récents progrès dévoilant comment l’horloge circadienne interagit avec les réseaux régulateurs des gènes, impliquant des fonctions telles que le métabolisme xénobiotique, l’homéostasie du glucose, et le sommeil. Ce progrès dépend non seulement des approches expérimentales complètes, mais aussi des méthodes informatiques d’analyse multivariée des données de génomique périodique fonctionnelle. Nous insistons sur la dynamique des interactions chromatiniennes comme facteur de régulation des rythmes circadiens de transcription génique, des fonctions de l'horloge biologique centrale; et, finalement, du comportement. Finalement, nous discutons des perspectives d'enrichissement des connaissances de l'horloge circadienne chez les animaux à la chronobiologie humaine. Jake Yeung et Felix Naef, dans Trends in Genetics, publication en ligne en avant-première, 8 octobre 2018

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

mercredi 10 octobre 2018

#trendsinecologyandevolution #phénologieanimale Le Côté Sombre de la Phénologie Animale

Current climate = Climat actuel
Future climate = Climat dans un temps futur
Aphid = Aphide
Carabid beetle = Scarabée
Springtail = Collembole
Figure conceptuelle des Relations entretenues par le vivant en fonction des variations saisonnières, de la Composition des Communautés, de la Phénologie des Sols et des Animaux selon les Changements Climatiques. Le calendrier et la force des interactions des animaux vivant au sol, de même que l’identité de leurs partenaires interagissant dépendent du moment de l’année et des conditions environnementales (abiotiques et biotiques). Les changements globaux des conditions environnementales - comme les changements configurations de température (T [°C]) et des précipitations (P [mm]) présentés dans les panneaux supérieurs de la présente figure  - influencent la phénologie des interactions en surface comme tout celles survenant sous la terre, avec des implications (c’est-à-dire via les boucles de rétrocontrôle entre le sol et les plantes) pour le fonctionnement de l’écosystème. Les changements de climats peuvent altérer les configurations spatio-temporelles des activités des animaux souterrains, comme par exemple une décroissance d’activité au cours des mois d’été plus chauds et plus secs et activités réduites en cas de couche arable plus sèche, respectivement. Ces décalages peuvent altérer les liens existants entre les réseaux alimentaires en surface et souterrains ; par le simple fait des liens alimentaires qui existeront dans le futur entre scarabées et aphides (en surface) d’une part, et les collemboles (sous terre) d’autre part. Le broutage souterrain (représenté par les nématodes) et ses conséquences pourrait subir des changements du fait de l’altération spatio-temporelle des interactions entre divers comportements alimentaires (symbolisé par les différents mouvements spatio-temporels du nématode, dans la figure). De plus, les décalages existants entre les structures communautaires entre plantes et animaux (indiqués par la dominance des graminées qui prévaudra sous les futures conditions climatiques) de même que les décalages de taille corporelle des animaux au sol en réponse aux changements climatiques auront vraisemblablement des conséquences sur la phénologie des animaux en sol. Pris dans leur ensemble, ces altérations climatiques abiotiques et biotiques illustrent certaines des nombreuses forces motrices présidant à la phénologie animale. 

La recherche explorant le calendrier de récurrence des événements biologiques a montré que les changements climatiques anthropogéniques provoquent, dans de nombreux cas, de profondes altérations de la phénologie chez les plantes et chez les animaux. Cependant, nous manquons encore d’études portant sur l’effet des changements climatiques sur la phénologie des invertébrés du sol, ainsi que les conséquences qui en découlent sur l’écosystème. Nico Eisenhauer, et al, dans Trends in Ecology & Evolution, publication en ligne en avant-première, 9 octobre 2018

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

mardi 9 octobre 2018

#thelancetoncology #lymphomefolliculaire #immunochimiothérapie Valeur pronostique de la réponse de fin d’induction mesurée par TEP après immunochimiothérapie de première ligne pour traitement d’un lymphome folliculaire (GALLIUM) : analyse secondaire d’un essai de phase 3 randomisé

Lymphome Folliculaire (Fort Grossissement)
Source iconograhique: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Follicular_lymphoma_--_very_high_mag.jpg

Les résultats initiaux de l’essai GALLIUM en cours ont montré que les patients atteints de lymphome folliculaire présentent une survie sans progression plus longue après une immunochimiothérapie de première intention avec obinutuzumab qu’avec rituximab. Le but de cette analyse secondaire était d’évaluer la valeur pronostique des réponse TEP-CT (tomographie par émission de positons et tomodensitométrie) après une immunochimiothérapie de première intention dans l’étude GALLIUM.

GALLIUM est un essai ouvert à groupes parallèles, randomisé, de phase de phase 3, où des patients atteints de lymphome folliculaire CD20-positif (de grade 1 à 3 ; maladie de stade III/IV, ou stade II avec la tumeur au diamètre le plus grand 7 cm) étaient âgés de 18 ans ou plus et satisfaisaient aux critères leur permettant de subir un traitement; et ils n’avaient pas subi de traitement au préalable pour leur présente pathologie. Les patients éligibles étaient répartis au hasard (1:1) pour recevoir l’obinutuzumab par voie intraveineuse (1 000 mg aux jours 1, 8, et 15 du cycle 1, puis au jour 1 des cycles suivants) ou le rituximab (375 mg/m2 au jour 1 de chaque cycle), au cours de six cycles de 21 jours avec cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine, et prednisone (cocktail CHOP administré per os) suivis de deux cycles de 21 jours avec administration de l’anticorps seul, ou  huit cycles de 21 jours avec cyclophosphamide, vincristine, et prednisone (cocktail CVP administré per os), ou six cycles de 28 jours avec bendamustine, suivis de l’administration d’anticorps de maintien tous les deux mois sur une période de 2 ans au plus.
Le critère principal de cet essai, la survie sans progression évaluée par l’investigateur, a déjà été l’objet d’un compte – rendu. Cette analyse secondaire fait état des réponses TEP-CT à l’issue de la période de thérapie induction et explique le rapport qu’il y a avec les résultats de survie sans progression et de survie globale chez les patients chez qui les données d’imagerie étaient disponibles. (…) Les patients évaluables per protocole (dont les examens de TEP étaient disponibles) ont subi toutes les observations et mesures prospectives par les investigateurs et un comité d’examen indépendant (IRC) selon les critères de réponse de l’International Harmonisation Project (IHP) de 2007, puis retrospectivement par l’IRC seul en appliquant les critères de réponse Lugano 2014 actuels. Contrairement aux investigateurs, les membres de l’IRC n’avaient pas accès au tableau de randomisation. Les analyses cardinales ont exclu les patients décédés ou en progression (…) avant la fin de la période d’induction ou en fin de période d’induction. (…).

1 202 patients ont été recrutés dans l’étude GALLIUM entre le 6 juillet 2011 et le 4 février 2014, dont 595 ont été inclus dans la population TEP ; 533 ont pu être évalués en analyse prospective (IHP 2007) et 508 en analyse rétrospective (Lugano 2014) pour ce qui est de la survie sans progression (analyse cardinale). En fin de période d’induction, 390 patients sur 595 (65.5% [Intervalle de Confiance -IC- 95% 61.6-69.4]) ont présenté une réponse TEP complète selon les critères IHP 2007 et 450 (75.6% [IC 95% 72.0-79.0]) ont présenté une réponse métabolique complète selon les critères Lugano 2014. Avec une période médiane de 43.3 mois d’observation (Intervalle Interquartile [IQR] 36.2-51.8), la survie sans progression sur 2.5 ans à partir de la fin de période d’induction était réalisée chez 87.8% (IC 95% 83.9-90.8) des patients à réponse TEP complète et chez 72.0% (63.1-79.0) des patients à réponse TEP incomplète selon les critères IHP 2007 évalués par l’IRC (hazard ratio [HR] 0.4, IC 95% 0.3-0.6, p<0.0001). Selon les critères Lugano 2014, le taux de survie sans progression à 2.5 ans des patients présentant une réponse métabolique complète était de 87.4% (IC 95% 83.7-90.2) et de 54.9% (40.5-67.3 ; HR 0.2, IC 95% 0.1-0.3, p<0.0001) chez les patients présentant une réponse métabolique incomplète.

Nos résultats suggèrent que la TEP représente une meilleure modalité d’imagerie que la CT, pour ce qui est de l’évaluation de la réponse à une immunochimiothérapie de première intention chez les patients atteints de lymphome folliculaire. L’évaluation TEP selon les critères de réponse Lugano 2014 fournit une plateforme d’investigation d’approches thérapeutiques adaptées aux réponses. Des données additionnelles seront les bienvenues. Prof Judith Trotman, MBChB, et al, dans The Lancet Oncology, publication en ligne en avant-première, 8 octobre 2018

Financement : F Hoffmann La Roche

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ    

lundi 8 octobre 2018

#thelancet #lorcaserin #diabètedetype2 #surpoids #obésité Effet du lorcaserin sur la prévention et la rémission du diabète de type 2 chez les patients en surpoids et obèses (CAMELLIA-TIMI61) : essai randomisé contrôlé par placebo

Diagramme de détermination d'un poids corporel trop bas (Underweight), normal (Normal weight); d'un surpoids (Overweight) et d'une Obésité (Obese), en fonction de la taille des sujets; ainsi que des fourchettes d'Indice de Masse Corporelle correspondantes (IMC correspondantes) [BMI sur le présent diagramme].
Height (meters) = Taille (mètres)
Weight (pounds) = Poids (livres)
BMI (Body Mass Index) = IMC (Indice de Masse Corporelle)

Il existe une relation directe entre poids corporel et risque de diabète. Il a été ainsi montré que le lorcaserin, un agoniste sélectif du récepteur 2C de la sérotonine, suppresseur de l’appétit, facilite une perte de poids soutenue chez les patients obèses ou en surpoids. Notre but était d’évaluer les effets à long terme du lorcaserin sur la prévention du diabète et sa rémission.

Dans cet essai randomisé, en double-aveugle, contrôlé par placebo effectué dans huit pays, nous avons recruté des patients en surpoids ou obèses (BMI 27 kg / m2) ou à risque élevé de maladie vasculaire athérosclérotique. Les patients éligibles étaient âgés de 40 ans ou plus ; les patients à risque élevé de maladie vasculaire athérosclérotique devaient être âgés de 50 ans ou plus, diabétiques, et présenter au moins un autre facteur de risque additionnel. Les patients étaient répartis dans les groupes au hasard pour recevoir le lorcaserin (10 mg deux fois par jour) ou le placebo correspondant. De plus, tous les patients avaient accès au programme standardisé de gestion du poids, basé sur une modification du mode de vie. Le paramètre métabolique principal (préspécifié) au moment de l’apparition d’un diabète patent était évalué chez tous les patients prédiabétiques à la ligne de base. Les critères secondaires préspécifiés d’efficacité étaient l’apparition d’un diabète patent chez tous les patients non diabétiques, l’atteinte d’une normoglycémie chez les patients prédiabétiques, et le changement en hémoglobine glyquée (HbA1c) chez les patients diabétiques. L’hypoglycémie était prise en compte comme paramètre préspécifié d’innocuité. L’analyse des résultats a été réalisée sur population en intention de traiter, à l’aide du modèle des risques proportionnels de Cox pour ce qui est des analyses temporelles des données. (…).

Entre le 7 février 2014 et le 20 novembre 2015, 12 000 patients ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir le lorcaserin ou le placebo (6 000 patients dans chaque groupe) et suivis sur une période médiane de temps de 3.3 ans (Intervalle Interquartile [IQR] 3.0-3.5). À la ligne de base, 6 816 patients (56.8%) étaient diabétiques, 3 991 (33.3%) prédiabétiques, et 1 193 (9.9%) normoglycémiques. À un an, les patients traités au lorcaserin présentaient une perte nette de poids de 2.6 kg supérieure à celle des patients recevant le placebo (Intervalle de Confiance [IC] 95% 2.3-2.9) pour ce qui est des patients diabétiques, de 2.8 kg supérieure pour ce qui est des patients prédiabétiques, et de 3.3 kg pour ce qui est des patients normoglycémiques (p<0.0001 pour toutes les analyses). 
Le lorcaserin a réduit le risque de déclenchement d’un diabète patent chez 19% des patients prédiabétiques (172 [8.5%] sur 2015 versus 204 [10.3%] sur 1976 ; hazard ratio 0.81, IC 95% 0.66-0.99 ; p=0.038) et par 23% des patients non diabétiques (174 [6.7%] sur 2 615 versus 215 [8.4%] sur 2 569 ; 0.77, 0.63-0.94 ; p=0.012). Le lorcaserin a eu pour effet un accroissement non significatif du taux de patients prédiabétiques atteignant la normoglycémie (185 [9.2%] versus 151 [7.6%] ; 1.20, 0.97-1.49 ; p=0.093). Chez les patients atteints de diabète, le lorcaserin a eu pour effet une réduction de HbA1c 0.33% (IC 95% 0.29-0.38 ; p<0.0001) comparé au placebo à un an, à partir d’une ligne de base moyenne de 53 nmol/mol (7.0%). Chez les patients diabétiques à la ligne de base, de sévères hypoglycémies assorties de complications étaient rares, plus fréquentes, toutefois, avec le lorcaserin (12 [0.4%] versus quatre [0.1%] évènements ; p=0.054).

Le lorcaserin diminue le risque de déclenchement d’un diabète, induit une rémission de l’hyperglycémie, et réduit le risque de complications microvasculaires chez les patients obèses et en surpoids, soutenant ce faisant son rôle thérapeutique complémentaire à celui d’une modification du mode de vie pour la gestion à long terme du poids corporel et de la santé métabolique. Erin A Bohula, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 4 octobre 2018

Financement : Eisai

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ