Nombre total de pages vues

vendredi 25 mai 2018

#Cell #astrocytes #neurones #mémoire L’activation des astrocytes génère la potentialisation de la réponse neuronale et l’augmentation de la mémoire

Potentiation De-Novo: Potentialisation de novoAstrocytic activation: Activation astrocytaire
Neuronal activation : Activation neuronale
Synaptic strength: Force synaptique
Task-dependent activation: Activation tâche-dépendante
Non-selective activation: Activation non sélective
Home cage: Cage de vie (familière) de l'animal de laboratoire
Learning: Apprentissage
Memory enhancement: Augmentation de la mémoire
Memory impairment: Altération de la mémoire
Chemogenetic: Chimiogénétique
Optogenetic: Optogénétique

Les astrocytes répondent à l’activité neuronale et sont connus pour être nécessaires à la plasticité et la mémoire. Afin de tester si l’activité astrocytaire est également suffisante pour générer la potentialisation synaptique et augmenter la mémoire, nous avons exprimé le récepteur hM3Dq couplé à la protéine Gq dans des astrocytes CA1, permettant leur activation par un médicament de synthèse. Nous avons découvert que l’activation astrocytaire est non seulement nécessaire à la plasticité synaptique, mais aussi suffisante pour induire la potentialisation de l’activité neuronale de novo à long terme dans l’hippocampe ; persistant après la cessation de l’activité astrocytaire. 
L’activation des astrocytes in vivo a amplifié l’allocation de mémoire ; c’est-à-dire l’augmentation de l’activité neuronale tâche-spécifique, seulement lorsque cette dernière est couplée à un apprentissage, mais pas chez la souris en cage. De plus, l’activation astrocytaire utilisant un outil chimiogénétique ou optogénétique au cours de l’acquisition a eu pour résultat une amélioration de la mémoire des souvenirs le jour suivant. Inversement, l’augmentation directe de l’activité neuronale indépendamment des astrocytes a eu pour résultat une très forte dégradation de la mémoire. Nos résultats selon lesquels les astrocytes ont la capacité d’induire la plasticité et d’augmenter la mémoire peuvent avoir d’importantes implications sur le plan clinique pour ce qui est des traitements visant à améliorer la cognition. Adar Adamsky, et al, dans Cell, publication en ligne en avant-première, 24 mai 2018

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle: Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

jeudi 24 mai 2018

#thelancet #hypertension #dénervationrénaleendovasculaire Dénervation rénale endovasculaire par ultrasons pour le traitement de l’hypertension (RADIANCE-HTN SOLO) : essai international randomisé en simple-aveugle, contrôlé par dénervation simulée

Coupe frontale axiale du rein. On distingue l'artère rénale (Renal artery) sur laquelle est pratiquée la dénervation.
Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Illu_kidney2.jpg

Des études anciennes suggèrent que la dénervation rénale par radiofréquences réduit la tension artérielle chez les patients atteints d’hypertension modérée. Nous avons poursuivi des investigations, afin de définir si une technologie alternative par dénervation rénale endovasculaire réduit la tension artérielle en ambulatoire chez des patients atteints d’hypertension, sans médicament antihypertenseur proprement dit.

RADIANCE-HTN SOLO était une étude multicentrique, internationale, en simple aveugle, randomisée et contrôlée par intervention simulée, effectuée dans 21 centres situés aux USA et 18 centres situés en Europe. Les patients, atteints d’hypertension artérielle systolique et diastolique, âgés de 18-75 ans, étaient éligibles si leur tension artérielle mesurée en ambulatoire était supérieure ou égale à 135/85 mm Hg et inférieure à 170/105 mm Hg après 4 semaines d’interruption de leur traitement contre l’hypertension (deux médicaments en prise simultanée au plus) et si l’anatomie de leur artère rénale était adéquate.
Les patients étaient randomisés (1:1) pour bénéficier d’une dénervation rénale à l’aide du système Paradise (ReCor Medical, Palo Alto, CA, USA) ou d’une procédure simulée consistant uniquement en une angiographie. La séquence de randomisation, générée par ordinateur, était stratifiée par centres à l’aide de blocs de quatre ou six, randomisés. (…). Les patients et le personnel chargé de l’évaluation des résultats n’avaient pas accès au tableau de randomisation. Le critère principal d’efficacité était le changement de tension artérielle systolique diurne, à deux mois, dans la population en intention de traiter. Les patients devaient ne recevoir aucun médicament antihypertenseur au cours des 2 mois de suivi, à moins d’un dépassement des critères spécifiques de tension artérielle édictés au départ. Les événements indésirables principaux incluaient les décès toutes causes confondues, les insuffisances rénales, les événements thromboemboliques accompagnés d’atteintes aux organes cibles, les complications au niveau de l’artère rénale ou autres complications vasculaires majeures requérant intervention, ou l’admission à l’hôpital pour crise hypertensive dans les 30 jours et nouvelle sténose de l’artère rénale dans les 6 mois. (…).

Entre le 28 mars 2016 et le 28 décembre 2017, 803 patients étaient examinés pour admissibilité dans l’essai, et 146 ont été randomisées pour bénéficier d’une dénervation rénale (n=74) ou d’une procédure simulée* (n=72). La diminution de la tension artérielle systolique diurne mesurée en ambulatoire était plus importante chez les patients ayant bénéficié d’une dénervation rénale (-8.5 mm Hg, Déviation Standard [DS]) que sous procédure simulée* (-2.2 mm Hg, DS 10.0 ; différence ajustée par rapport à la ligne de base : -6.3 mm Hg, Intervalle de Confiance [IC] 95% de -9.4 à -3.1, p=0.0001). Aucun événement indésirable majeur n’a été rapporté, ni dans le groupe dénervation, ni dans le groupe procédure simulée*.

En comparaison de la procédure simulée, la dénervation endovasculaire rénale a fait diminuer la tension artérielle mesurée en ambulatoire à deux mois chez les patients atteints d’hypertension artérielle systolique et diastolique, en l’absence de médicaments.  Prof Michel Azizi, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 23 mai 2018.

Financement : ReCor Medical

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

*procédure simulée = angiographie  

mercredi 23 mai 2018

#Cell #mémoire #rayonsultraviolets #glutamate #acideuroncanique Une Exposition Modérée aux Rayons Ultraviolets améliore l’apprentissage et la mémoire par la stimulation d’une nouvelle voie de biosynthèse du glutamate dans le cerveau

Motor Cortex = Cortex Moteur
Dorsal Striatum = Striatum Dorsal
Hippocampus = Hippocampe
Postsynaptic neuron = Neurone postsynaptique
Motor Learning = Apprentissage moteur
Object Recognition Memory = Capacités de Reconnaissance
UCA = Acide Urocanique
UVB = Rayons Ultraviolets B

L’exposition à la lumière du soleil provoque des effets sur l’humeur, l’apprentissage et les fonctions cognitives. Cependant, les mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués restent insaisissables. Ici, nous montrons qu’une exposition modérée aux rayons ultraviolets (UV) élève les niveaux d’acide urocanique (UCA) sanguins, lorsqu’ils passent la barrière hémato-encéphalique. 
La spectrométrie de masse au niveau d’une cellule unique ainsi que le marquage isotopique ont révélé une nouvelle voie de biosynthèse neuronale de conversion de l’UCA en glutamate (GLU) après exposition aux UV. Cette synthèse de GLU stimulée par les UV stimule, à son tour, son emballage en vésicules synaptiques et son relâchement au niveau des terminaisons nerveuses glutaminergiques du cortex moteur et de l’hippocampe. Des comportements voisins, comme ceux qui impliqués dans le test de la tige tournante mesurant les facultés d’apprentissage et de reconnaissance objective, se sont révélés amplifiés par l’exposition aux UV. Tous les effets métaboliques, electrophysiologiques, et comportementaux pouvaient être reproduits par injection intraveineuse d’UCA, et diminués par l’application d’un inhibiteur ou d’un petit ARN en épingle à cheveux (shRNA) contre l’urocanase, un enzyme clé dans la conversion de UCA en GLU. Ces résultats révèlent une nouvelle voie de biosynthèse du GLU, qui pourrait contribuer à certains changements neurocomportementaux induits par la lumière du soleil. Hongying Zhu, et al, dans Cell, publication en ligne en avant-première, 17 mai 2018

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct Traduction et adaptation : NZ  

mardi 22 mai 2018

#thelancetrespiratorymedicine #asthme #interleukine13 #tralokinumab #corticostéroïde Effet du tralokinumab, un anticorps monoclonal neutralisant l’interleukine-13, sur l’inflammation éosinophilique des voies aériennes dans l’asthme modéré à sévère non-contrôlé (MESOS) : essai de phase 2 multicentrique, randomisé en double-aveugle, et contrôlé par placebo

Crise d'asthme. Un excès de mucus est produit; la musculature se contracte, les voies respiratoires voient leur section diminuer. Les agents irritant ayant provoqué la crise d'asthme restent prisonniers du mucus; et le tissu de la bronchiole enfle. Remarquer la voie respiratoire libre (clear) versus la voie respiratoire obstruée (obstructed).
Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Asthma_attack.PNG

Le rôle de l’interleukine-13 dans l’inflammation des voies aériennes et le remodelage bronchique dans l’asthme reste obscur. Le tralokinumab est un anticorps monoclonal humain qui neutralise l’interleukine-13. Notre but était d’évaluer si le tralokinumab aurait un effet sur l’infiltration éosinophilique des voies aériennes, sur les concentrations en éosinophiles dans le sang et les crachats, sur l’activation des éosinophiles, et le remodelage bronchique.

Nous avons effectué un essai de phase 2 multicentrique, randomisé en double-aveugle, et contrôlé par placebo dans 15 centres situés au Royaume-Uni, au Danemark, et au Canada. Nous avons recruté des patients hommes ou femmes, âgés des 18 ans à 75 ans, atteints d’un asthme modéré à sévère non-adéquatement contrôlé depuis 12 mois ou plus, requérant un traitement à base de corticostéroïdes à dose stabilisée. Nous avons réparti les participants (1:1) de manière aléatoire pour recevoir le tralokinumab (300 mg) ou le placebo par un dispositif internet ou de réponse vocale interactifs. Ni les participants ni le personnel de l’étude n’avait accès au tableau de randomisation. A la fois le tralokinumab et le placebo étaient administrés par voie sous-cutanée toutes les deux semaines. Le critère principal était le changement à la semaine 12 - partir de la ligne de base - de la numération éosinophilique mesurée sur biopsie bronchique. Le critère secondaire incluait les mesures des changements en numération éosinophilique dans le sang et les crachats. Les résultats exploratoires incluaient la fraction expirée en monoxyde d’azote (FENO) ainsi que les concentrations sanguines en IgE. Les analyses d’innocuité ont été effectuées chez tous les participants qui avaient reçu le médicament à l’étude. (…).

Entre le 25 septembre 2015 et le 21 juin 2017, 224 participants ont été recrutés et dépistés. Sur ces participants, 79 ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir le tralokinumab (n=39) ou le placebo (n=40). En comparaison du placebo, le tralokinumab n’a pas eu d’effet sur la numération en éosinophiles bronchiques à la semaine 12 (rapport effet du traitement/effet du placebo 1.21, Intervalle de Confiance [IC] 1.00-1.48 ; p=0.055) ou sur la numération en éosinophiles dans les crachats (0.57, 0.06-6.00 ; p=0.63), mais les concentrations en FENO (0.78, 0.63-0.96 ; p=0.023) et des IgE dans le sang total (0.86, 0.77-0.97 ; p=0.014) étaient significativement diminuées. 33 (85%) patients sur 39 recevant le tralokinumab et 32 (80%) patients sur 40 recevant le placebo ont rendu compte d’au moins un événement indésirable au cours de la période de traitement. On n’a déploré aucun décès, ni dans l’un, ni dans l’autre groupe de traitement. Les événements indésirables liés aux traitements sont survenus plus fréquemment dans le groupe tralokinumab que dans le groupe placebo (11 [28%] sur 39 versus sept [18%] sur 40).

Le tralokinumab n’ai pas eu d’effet significatif sur l’inflammation éosinophilique ni dans la sous-muqueuse bronchique, ni dans le sang, ni dans les crachats en comparaison du placebo ; toutefois, le tralokinumab a provoqué une diminution de la FENO et des concentrations en IgE. Ces résultats suggèrent que l’Interleukine 13 n’est pas cruciale dans le développement de l’inflammation des voie aériennes dans l’asthme modéré à sévère. Richard J Russel, MBBS, et al, dans The Lancet Respiratory Medicine, publication en ligne en avant-première, 21 mai 2018

Financement : Astra Zeneca

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

lundi 21 mai 2018

Relâche de votre blog Actualités Scientifiques - Médicales: du 19 mai 2018 au 21 mai 2018 inclus

Institut d'Art et d'Archéologie, Paris, 19 mai 2018
Votre blog Actualités Scientifiques - Médicales fait relâche ce 21 mai 2018. Reprise des posts le 22 mai 2018. Merci de votre fidélité!

vendredi 18 mai 2018

#trendsincellbiology #nucléole #longévité Fonction nucléolaire dans la régulation de la longévité

Représentation schématique de la Structure du Nucléole. La figure illustre l’architecture tripartite du nucléole, comprenant un centre fibrillaire (FC), un composant fibrillaire dense (DFC) et un composant granulaire (GC). La transcription de l’ARNr ainsi produit, nommée précurseur ou pré-ARNr est soumise à de multiples étapes de traitement et de maturation dans le DFC. L’assemblage des sous-unités pré-ribosomales ont lieu dans le GC.
pre ribosome assembly = assemblage pré-ribosomal
rRNA transcription = transcription de l'ARNr
pre rRNA processing = traitement de l'ARNr   

Le nucléole est un organite dépourvu de membrane résidant au sein du noyau. Le nucléole a été considéré comme une structure d’entretien cellulaire connu principalement connu pour son rôle dans la production d’ARN ribosomal (ARNr) et dans l’assemblage des ribosomes. Cependant, il existe des preuves toujours plus nombreuses, révélant que le nucléole exerce des fonctions dans de multiples processus cellulaires qui contrôlent la physiologie de l’organisme, lui attribuant ce faisant un rôle allant bien au-delà des fonctions conventionnelles dans la biogénèse des ribosomes. 
Des perturbations des fonctions nucléolaires ont été associées à de graves maladies comme le cancer et la progéria. De récentes études ont également dévoilé le rôle du nucléole dans le développement et le vieillissement. Dans cette revue de littérature, nous discutons des fonctions majeures du nucléole impactant le vieillissement de l’organisme. Varnesh Tiku et Adam Antebi, dans Trends in Cell Biology, publication en ligne en avant-première, 17 mai 2018

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

jeudi 17 mai 2018

#thelancetglobalhealth #tensionartérielle Mois de Mai 2017 de la Mesure de la Tension Artérielle : analyse du dépistage de l’hypertension artérielle au niveau mondial

Prévalence de l'hypertension artérielle dans le monde (données de 2014).
Source: https://en.wikipedia.org/wiki/Hypertension

La tension artérielle élevée représente la contribution la plus importante à la charge globale de maladie et de mortalité. Les données suggèrent que moins de la moitié de la population atteinte d’hypertension en a réellement conscience. L’initiative du Mois de Mai de la Mesure de la Tension Artérielle (MMMTA) a été lancée dans le but de stimuler la prise de conscience de l’importance de la tension artérielle et comme solution pragmatique transitoire pour pallier l’insuffisance des programmes de dépistage.

Cette étude transversale a inclus des volontaires adultes (18 ans) qui, idéalement, ne possédaient pas de mesures de leur tension artérielle au cours de l’année précédente. Chaque participant a bénéficié de trois mesures de leur tension artérielle et a reçu un questionnaire concernant leur identité, leur mode de vie, et leur environnement. L’objectif principal était de stimuler la prise de conscience de l’importance de la tension artérielle, par la mesure du nombre de pays impliqués, le nombre de personnes dépistées, et le nombre de personnes présentant une hypertension non traitée ou traitée de manière inadéquate (définie par une tension artérielle systolique 140 mm Hg et/ou une tension artérielle diastolique 90 mm Hg, ou sur la base de la prise d’un médicament antihypertenseur). Une méthode d’imputation multiple a été appliquée pour estimer la moyenne de la deuxième et de la troisième lecture de tension artérielle si celles – ci n’avaient pas été enregistrées. Les mesures d’association entre variables ont été analysées à l’aide de modèles mixtes linéaires.

Les données de 1 201 570 sujets ont été collectées dans 80 pays. Après imputation, 393 924 (34.9%) sujets étaient déclarés hypertendus, sur les 1 128 635 pour lesquels la moyenne entre la deuxième et la troisième lecture était disponible. 153 905 (17.3%) des 888 616 sujets qui ne recevaient pas de traitement antihypertenseur, étaient, de fait, hypertendus ; et 105 456 (46.3%) des 227 721 sujets bénéficiant d’un traitement ne présentaient pas un contrôle de leur tension artérielle. Des différences significatives interrégionales étaient apparentes, pour ce qui est de l’ajustement de la tension artérielle et de prévalence de l’hypertension. Une tension artérielle ajustée était en forte corrélation avec la prise d’un médicament antihypertenseur, un diabète, une maladie cérébrovasculaire, un tabagisme, et une consommation d’alcool. La tension artérielle était plus élevée lorsqu’elle était mesurée au bras droit par rapport à une mesure effectuée au bras gauche ; la tension artérielle était en outre plus élevée le samedi par rapport aux autres jours de la semaine.

Un dépistage global et non onéreux de la tension artérielle peut être réalisé avec des volontaires, en appliquant des méthodes d’échantillonnage moins rigoureuses. Dans l’attente de la mise en place de systèmes de surveillance systématique au niveau mondial, le MMMTA sera réalisé tous les ans, afin de stimuler la prise de conscience de la tension artérielle. Thomas Beaney, MRCP, et al, dans The Lancet Global Health, publication en ligne en avant-première, 16 mai 2018

Financement:     International Society of Hypertension, Centers for Disease Control and Prevention, Servier Pharmaceutical Co.

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ