Nombre total de pages vues

mercredi 11 décembre 2013

Sécurité et activité suite au blocage de la voie de signalisation de PD1 par pidilizumab en combinaison avec le rituximab chez des patients atteints de lymphome folliculaire récidivant : un essai de phase 2 ouvert et à groupe unique

Lymphome folliculaire avec différenciation marginale. In Revue Francophone des Laboratoires, Volume 2008, Issue 398, January 2008, Pages 73 - 79
Source iconographique et légendaire: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1773035X08701412
Les réponses immunitaires antitumorales endogènes ou iatrogènes peuvent améliorer le pronostic d’un lymphome folliculaire ; ces réponses pouvant toutefois être diminuées par les points de contrôle des voies immunitaires dans le microenvironnement de la tumeur. Ces points de contrôle comprennent notamment les effets de la mort cellulaire programmée 1 (PD1), un récepteur co-inhibiteur qui altère la fonction des cellules T et qui est fortement exprimé dans les cellules T intratumorales. Nous avons effectué cette étude de phase 2 afin d’examiner l’activité du pidilizumab, un anticorps monoclonal anti-PD1 « humanisé » associé au rituximab chez des patients atteints de lymphome folliculaire récidivant.

Nous avons effectué cette étude non randomisée ouverte au Centre de Cancérologie MD Anderson de l’Université du Texas (Houston, TX, USA). Les patients, adultes (≥18 ans), étaient éligibles s’ils étaient atteints de lymphome folliculaire sensible au rituximab, ayant récidivé après avoir suivi un à quatre traitements au préalable. Le pidilizumab était administré à raison de quatre perfusions de 3 mg/kg par voie intraveineuse, toutes les 4 semaines ; plus huit perfusions optionnelles toutes les 4 semaines chez des patients montrant une pathologie stable ou en amélioration. 17 jours après la première perfusion de pidilizumab, le rituximab a été administré à raison de 375 mg/m2 par voie intraveineuse pendant 4 semaines. Le critère principal d’évaluation était la proportion de patients ayant atteint l’objectif de réponse (à savoir une réponse complète + une réponse partielle selon les Critères Révisés de Réponse des Lymphomes Malins). L’analyse a été effectuée sur population en intention de traiter. (…).

Nous avons recruté 32 patients entre le 13 janvier 2010 et le 20 janvier 2012. La durée médiane de suivi était de 15,4 mois (Intervalle Interquartile [IQR] 10.1 – 21.0). La combinaison pidilizumab – rituximab a été bien tolérée, sans évènements indésirables autoimmuns ou liés au traitement de grade 3 ou 4. L’évènement indésirable de grade 1 le plus fréquent était anémie (14 patients) et fatigue (13 patients), l’évènement indésirable de grade 2 le plus fréquent étant infection respiratoire (cinq patients). Des 29 patients évaluables pour activité, 19 (66%) ont montré une réponse objective : des réponses complètes ont été relevées chez 15 (52%) patients et des réponses partielles chez quatre (14%).

La combinaison pidilizumab + rituximab est bien toléré et active chez des patients atteints de lymphome folliculaire récidivant. Nos résultats suggèrent que le point de contrôle des voies immunitaires est d’intérêt pour étude(s) complémentaire(s) dans le cas du lymphome folliculaire. Jason R Westin MD et al, dans The Lancet Oncology, publication en ligne en avant – première, 11 décembre 2013

Financement : National Institute of Health, Leukemia and Lymphoma Society, Cure Tech, et University of Texas MD Anderson Center.

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ