Nombre total de pages vues

mercredi 14 mai 2014

Effet du dichlorure de radium-223 sur les événements squelettiques symptomatiques chez des patients atteints de cancer de la prostate résistant à la castration avec métastases osseuses

Machine Ablatherm permettant la destruction du cancer de la prostate par ultrasons focalisés de forte intensité.
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/thematiques/cancer/dossiers/cancer-de-la-prostate
Les métastases osseuses sont une cause fréquente d’événements squelettiques chez les patients atteints de cancer de la prostate résistant à la castration. Le dichlorure de radium-223 (radium-223) cible sélectivement des métastases osseuses à l’aide des particules α à haute énergie et courte portée. Nous avons étudié l’effet de radium-223 en comparaison du placebo chez des patients atteints de cancer de la prostate résistant à la castration avec métastases osseuses.

Dans cette étude ALSYMPCA de phase 3, en double aveugle et randomisée, nous avons recruté des patients atteints de cancer de la prostate symptomatique et résistant à la castration avec deux métastases osseuses ou plus, non porteurs de métastases viscérales connues, recevant le meilleur traitement standard existant ; et qui avaient précédemment reçu du docetaxel ou étaient non compatibles pour un thérapie au docetaxel. Les patients ont été stratifiés selon leur historique relatif au docetaxel, leurs niveaux de phosphatase alcaline à la ligne de base, leur statut actuel relatif à la prise de bisphosphonates,  puis répartis de manière aléatoire (2:1) pour recevoir soit six injections intraveineuses de radium-223 (50 kBq/kg) ou le placebo correspondant ; au rythme d’une injection toutes les 4 semaines. La randomisation a été effectuée par un système de réponse vocale interactive, prenant en compte les facteurs de stratification de l’essai. Ni les participants ni les investigateurs n’avaient accès au tableau de randomisation. Le critère principal relevé était la survie totale comme cela a été précédemment rapporté. Ici, nous faisons état en temps réel du premier événement squelettique symptomatique, défini par l’initiation de l’utilisation de radiothérapie externe pour soulager la douleur, ou la survenue d’une fracture symptomatique pathologique nouvelle (vertébrale ou non vertébrale), ou d’une compression de la moelle épinière, ou d’une intervention chirurgicale orthopédique liée à la tumeur. Tous les événements devaient être cliniquement apparents, et non établis par l'état des lieux sur le plan radiologique effectué périodiquement. Les analyses statistiques des événements symptomatiques osseux ont été effectuées sur population en intention de traiter. (…).

Entre le 12 juin 2008 et le 1er février 2011, 921 patients ont été recrutés, dont 614 (67%) ont été assignés de manière aléatoire pour recevoir le radium-223 et 307 (33%) pour recevoir le placebo. Les évènements squelettiques symptomatiques sont survenus chez 202 (33%) des 614 patients du groupe radium-223 et 116 (38%) des 307 patients du groupe placebo. Le temps écoulé avant la survenue du premier évènement squelettique symptomatique était significativement plus long dans le groupe radium-223 que dans le groupe placebo (temps écoulé médian : 15.6 mois [Intervalle de Confiance -IC- 95% 13.5-18.0] versus 9.8 mois [7.3-23.7] ; hazard ratio [HR]=0.66, IC 95% 0.52-0.83 ; p=0.00037). Les probabilités de besoin de radiothérapie externe pour soulager la douleur osseuse (HR=0.67, IC 95% 0.53-0.85) et de compression de moelle épinière (HR=0.52, IC 95% 0.29-0.93) étaient diminuées sous radium-223 en comparaison du placebo. Le traitement au radium-223 n’a semblé réduire significativement ni le risque de fracture osseuse symptomatique (HR=0.62, IC 95% 0.35-1.09), ni le besoin d’une intervention chirurgicale orthopédique liée à la tumeur (HR 0.72, IC 95% 0.28-1.82).

Le radium-223 peut ainsi être considéré comme option de traitement pour des patients atteints de cancer de la prostate résistant à la castration avec métastases osseuses symptomatiques. Prof Olivier Sartor MD et al, dans The Lancet Oncology, publication en ligne en avant – première, 14 mai 2014

Financement : Algeta et Bayer HealthCare Pharmaceuticals

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ