Nombre total de pages vues

lundi 19 juin 2017

#thelancet #polyarthriterhumatoïde #tofacitinib #adalimumab #méthotrexate Efficacité et innocuité d’une monothérapie tofacitinib, avec methotrexate, et adalimumab avec methotrexate chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (ORAL Strategy) : étude comparative de phase 3b/4 en double aveugle, randomisée, contrôlée

La chanteuse française Edith Piaf (1915-1963) souffrait de polyarthrite rhumatoïde
Source iconographique: https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dith_Piaf
Le tofacitinib est un inhibiteur de la Janus kinase d’administration per os pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. L’essai Stratégie Orale pour la Polyarthrite Rhumatoïde (ORAL Strategy) avait pour but l’évaluation comparative de l’efficacité du tofacitinib en monothérapie, de [tofacitinib + methotrexate], et de [adalimumab + méthotrexate] pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde chez des patients ayant précédemment présenté une réponse inadéquate au méthotrexate.

ORAL Strategy était un essai comparatif de non-infériorité de phase 3b/4, randomisé et contrôlé effectué chez des patients âgés de 18 ans ou plus, atteints de polyarthrite rhumatoïde active malgré un traitement à base de méthotrexate. Les patients ont été répartis de manière aléatoire (1:1:1) pour recevoir le tofacitinib per os (5 mg deux fois par jour) en monothérapie, le [tofacitinib per os (5 mg deux fois par jour) + méthotrexate], ou l’[adalimumab par voie sous-cutanée (40 mg une fois toutes les deux semaines) + méthotrexate] dans 194 centres situés dans 25 pays. (…). Le critère principal était la proportion de patients atteignant une réponse d’au moins 50% selon les critères de l’American College of Rheumatology (ACR50) à six mois, dans l’ensemble d’analyse intégral (patients qui avaient été dirigés vers un groupe de manière aléatoire et qui avaient reçu au moins une dose de médicament à l’étude). La non-infériorité intergroupe était réalisée si la borne inférieure de l’Intervalle de Confiance [IC] 98.34% de la différence entre les comparateurs était supérieure à -13.0%. (…).

1 146 patients ont reçu un traitement (384 ont reçu tofacitinib en monothérapie ; 376 ont reçu un traitement [tofacitinib + méthotrexate] ; et 386 ont reçu un traitement [adalimumab + méthotrexate]). À six mois, la réponse ACR50 était atteinte chez 147 (38%) patients sur les 384 placés sous tofacitinib en monothérapie, 173 (46%) patients sur les 376 placés sous [tofacitinib + méthotrexate], et 169 (44%) patients placés sous [adalimumab + méthotrexate]. La non-infériorité a été déclarée pour le traitement [tofacitinib + méthotrexate] versus le traitement [adalimumab + méthotrexate] (différence 2% [IC 98.34% de -6 à 11] mais pas pour le traitement tofacitinib en monothérapie versus soit [adalimumab + méthotrexate] (-6 [de -14 à 3]) ou [tofacitinib + méthotrexate] (-8 [de -16 à 1]).
Au total, 23 (6%) patients sur les 384 recevant le tofacitinib en monothérapie, 26 (7%) patients sur les 376 recevant le tofacitinib + méthotrexate, et 36 (9%) patients sur les 386 recevant l’adalimumab + méthotrexate ont abandonné leur traitement du fait d’événements indésirables. Deux (1%) patients sur les 384 recevant le tofacitinib en monothérapie sont décédés. Aucun autre événement relevant de l’innocuité n’a été rapporté, quel que soit le traitement administré dans l’étude, sur une période de temps s’étendant jusqu’à un an.

La combinaison [tofacitinib + méthotrexate] était non inférieure à la combinaison [adalimumab + méthotrexate] pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde chez des patients présentant une réponse indadéquate au méthotrexate, dans cet essai. Le traitement à base de tofacitinib en monothérapie n’a montré aucune non-infériorité, contre aucun des deux traitements combinés de cet essai. Prof Roy Fleischmann, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 16 juin 2017

Financement : Pfizer Inc.

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ