mercredi 29 janvier 2020

#trendsincancer #radioimmunothérapie Stress Tumoral Prémortem en Radioimmunothérapie

Illustration de l’Idée Contrintuitive Selon Laquelle l’Action de Retarder La Mort Cellulaire Tumorale Après Radiothérapie Peut Etre Bénéfique au Résultat Thérapeutique.

Rodriguez-Ruiz et al.* ont montré que l’inhibition par la caspase 3 prolonge le stress antemortem des cellules tumorales mourantes, avec pour résultat une immunogénécité plus élevée. Ces observations indiquent qu’une inhibition locale ou systémique des caspases pourrait sensibiliser les cellules tumorales aux effets bénéfiques de la radiothérapie. Cela peut être obtenu grâce à des inhibiteurs des caspases à prendre per os, comme l’emricasan ; ou par administration intratumorale de puissants inhibiteurs peptidiques. La production d’interféron de type I est apparemment un facteur clé dans l’élévation de l’immunogénécité. La figure contient des éléments graphiques médicaux produits par la société Servier. Abréviations : cGAS, GMP-AMP cyclique-synthase ; dsDNA, ADN double-brin ; STING, stimulateur des gènes de l’interféron ; z-VAD (zVAD-FMK), N-benzyloxycarbonyl-Val-Ala-Asp (O-Me) fluoromethyl ketone. 

De récentes investigations (Rodriguez-Ruiz et al.)* ont émis l’idée contrintuitive selon laquelle l’action de retarder l’apoptose après irradiation tumorale à l’aide de la caspase 3 chez les tumeurs élève l’immunogénécité des cellules malignes mourantes. Ignacio Melero, et al, dans Trends in Cancer, publication en ligne en avant-première, 27 janvier 2020

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ


*Apoptotic caspases inhibit abscopal responses to radiation and identify a new prognostic biomarker for breast cancer patients in OncoImmunology, Volume 8, 2019 - issue 11

Aucun commentaire: